REFLEXION

Moul Firma à la place du Barail



Moul Firma à  la place du Barail
Moul Firma était hier à la place ‘’Abdelkrim AYACHI’’ à Mostaganem ex-place du Barail, il était là avec son beau costume, un cigare à la main, contemplant avec arrogance, les gens attablés sur la placette, tenant entre les mains le journal Réflexion, feuilletant les pages enflammées par des articles sur le Fassad, les yeux écarquillés de peur ; tandis qu’une autre foule, un mélange surtout de politiciens syndicalistes et Faceboukeurs coudoyant le comptoir de la cafeteria de ‘’Tout va bien’’,  horrifiés en fixant Moul Firma avec un déchirant regard. Un paysage émouvant, qui légitime la fierté de Moul Firma qui a remué la marmite des scandales fonciers …
Moul Firma bien dans ses habits, prend place à côté d’un élu qui était en pleine discussion sur l’affaire scandaleuse du détournement de la Sonitex, tend ses oreilles : Ce dernier, d’un air furieux disait à son ami qui s’intéressait à peine à sa discussion,‘’ tu vois cher ami , cet ex-wali a vendu Mostaganem et voulait nous faire croire qu’il combattait le Fassad, alors qu’il jouait la comédie en suspendant des petits maires pour mauvaise gestion , épargnant certains de ses directeurs de l’exécutif sous contrôle judicaire , ajoutant : mais la faute incombe aux élus de l’APW et les députés , qui au lieu d’interpeller ce wali sur la mauvaise gestion du foncier, il lui ont organisé une cérémonie d’adieu et lui ont offert des cadeaux , martèle l’élu !   
C'est toujours le même rite, murmura Moul Firma, au fond de cette placette, la ‘’tchatche’’, l’hypocrisie et la politique à deux visages, sur cette table s’assoient des frères ennemis et sur l’autre les politicos qui vantent leurs palmarès. A les entendre, ils sont tous frères unis corps et âmes pour défendre leur ville mais une fois face aux autorités, ils se poignardent dans le dos les uns les autres … enchaînant : Mostaganem est victime de ses enfants, et c’est ça qui a fait la force des autorités corrompues, dira Moul Firma avant de se diriger vers le comptoir pour se faire servir un café.
Le voyant venir, un jeune devant le comptoir dégustant son café, invita poliment Moul Firma avant de lui dire : Je suis un jeune du Hirak, et je suis de près toutes vos publications, je suis très fier qu’à Mostaganem, il  existe encore d’honnêtes gens qui défendent leur pays !
Moul Firma, réchauffé par le témoignage de ce jeune, lui dit, c’est réciproque mon fils, et c’est aussi grâce à la révolution pacifique de notre jeunesse que l’Algérie s’est débarrassée de la Issaba, et respire aujourd’hui le vent de la liberté de la nouvelle Algérie, ajoutant, il n’y a pas plus valeureux témoignage que celui de notre président qui a fait du 22 février, le début du Hirak, comme journée nationale, confirme Moul firma avant de lui couper la parole le jeune pour lui dire : Je suis heureux Si El Hadj ,parce que je n’ai jamais imaginé dans ma vie qu’un jour , je verrais de mes propres yeux , le grand Rabrab , Mehri, des walis et des directeurs  convoqués au tribunal et d’autres hauts responsables mis en prison , alors qu’il fut un temps où je croyais que seuls les petits voleurs , les drogués et les petits corrompus sont mis en taule et les autres sont intouchables !’’ Voilà la vraie nouvelle Algérie lui répond Moul Firma avant de s’en aller.           

 

Réflexion
Dimanche 23 Février 2020 - 17:19
Lu 1621 fois
Moul Firma
               Partager Partager

Dans la même rubrique:

Moul cafeteria - 11/03/2020

1 2 3 4 5 » ... 51

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 01-04-2020.pdf
3.71 Mo - 31/03/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+