REFLEXION

MOSTAGANEM : Violences quotidiennes à Hai El Wiam

Les forces de l’ordre, doivent maintenir et ramener l'ordre dans la cité ‘’ El Wiam’’ où la délinquance, l’agressivité et les bagarres quotidiennes sont devenues de plus en plus dangereuses et empoisonnent le quotidien du citoyen, d’où les innocents deviennent les cibles des délinquants !



Plusieurs citoyens de la nouvelle cité de ‘’Hai El Wiam’’ (ex-Radar) à Mostaganem ont manifesté leur courroux et désarrois suite au manque flagrant de sécurité durant ce mois sacré de Ramadan où, le phénomène de la violence a pris des proportions alarmantes et inquiète davantage
les résidents soucieux de leur sécurité et de leur tranquillité , justifiée par le nombre de personnes admises quotidiennement au service des urgences pour avoir été agressées ou impliquées dans des bagarres. En effet, après la recrudescence du hooliganisme et l’augmentation exponentielle des agressions multiples, l’actualité enregistre, notamment au niveau de ce quartier, des affrontements quasi quotidiens de cette ampleur, trahissant un repli sur soi et le développement de l’esprit de clan. A la faveur du Ramadhan, devenu hélas un prétexte aux réactions brutales et grossières, cette réalité est amplifiée à qui mieux. Un groupe de délinquants et de malfaiteurs s’impose ces derniers jours  à semer la terreur au sein des habitants, notamment des femmes , vieux et enfants qui se trouvent quotidiennement sommés à des violences et des vols, car après une accalmie qui a duré quelques jours à la faveur des arrestations opérées par les services de sécurité dans ce dit quartier, voilà que les batailles rangées entre les gangs et les rixes reprennent de nouveau. Durant la plupart des jours de ce mois sacré du jeûne, les habitants ont vécu, le calvaire de l’insécurité dans cette cité, l’insulte, la provocation et la violence. De jeunes voyous se sont organisés en bandes munies d’armes blanches, de barres de fer et de gourdins en plus des chiens. L’intervention des «sages» a ramené, aussi, un tant soit peu le calme, mais la tension demeure très vive dans cette cité où le trafic de cannabis fait des ravages et remet en cause l’esprit de cohabitation qui animait, autrefois. Des rixes éclatent toutes les dix minutes entre des jeunes animés par une volonté de provoquer et de nuire, avons-nous constaté. Même les femmes et les vieillards n’échappent pas à cette violence qui a tendance à se généraliser durant le Ramadhan, mois symbole de pardon et de piété. Selon des témoignages recueillis, cette violence survient généralement au milieu des après-midi ou après la rupture du jeûne. Plusieurs enfants de la cité ont été victimes de violence et d’agression par de jeunes malfaiteurs qui leur demandent de l’argent ou une chose de valeur pour les laisser passer. Face à cette situation, les citoyens de la nouvelle cité Hai Wiaam ‘’Radar interpellent les autorités concernées pour intervenir immédiatement et mettre fin aux agissements criminels de ces malfaiteurs, tout en demandant à ce que le dispositif sécuritaire soit renforcé afin d'atténuer un tant soit peu le nombre des délinquants qui représente un véritable danger pour eux et pour leurs enfants. 

G.Yacine
Mardi 21 Mai 2019 - 18:50
Lu 3495 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 26-06-2019.pdf
3.61 Mo - 25/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+