REFLEXION

MOSTAGANEM : Sidi Mejdoub : la station balnéaire sinistrée

Voir actuellement la plage de Sidi Mejdoub telle qu’elle est, pour ceux qui l’on connue jadis, est un supplice moral tout assuré. Son état lamentable a été porté à la connaissance de tous les responsables qui sont passés par Mostaganem et rien de concret n’a été fait, à ce jour. Des actions de volontariat ont été entreprises maintes et maintes fois mais, cette plage populaire, par excellence, dépérit de jour en jour, dans l’indifférence des pouvoir publics.



Certains l’appellent Kharrouba (le Caroubier) et beaucoup l’appellent du nom du Saint « Sidi Mejdoub » dont son mausolée domine majestueusement une large baie sur la mer méditerranée qui s’étend, en contrebas, à perte de vue. C’est la plage du peuple, n’hésitent pas à la qualifier ainsi certains Mostaganemois de souche. En effet, elle a toujours été la préférée des habitants de « Tijditt » et ceux des « Hchems » leurs voisins, des hauteurs. Sidi Mejdoub c’est aussi une zone de petits pêcheurs, elle abrite également une prestigieuse « école de voile » de Mostaganem ; certains y pratiquent le hobbie de la pêche sous-marine. Et qui des Mostaganemois ne s’est pas baigné dans la fameuse « guelta » durant son enfance. La baie de sidi-Mejdoub, pour les photographes amateurs avertis est aussi un endroit privilégié pour fixer des instants d’une sublime beauté d’un coucher de soleil envoutant. Kharrouba est devenue une imposante et importante « zone d’habitat nouvelle » venue ceinturer le côté Est de Mostaganem avec des milliers de logements et autres structures d’accompagnement. Un peu plus bas, c’est la plage de « Sidi-Mejdoub » dont son mausolée a été sauvé par le respect dévolu à sa sainteté mais c’est dommage que les alentours offrent un spectacle désolant de ces pâtés de maisons ,toutes délabrées, prêtes à s’effriter et qui demeurent accrochées sur le côté supérieur et inférieur de la route qui y mène. Il fut un temps pas très loin où il était question de réalisation des travaux d’un front de mer entre « Sidi Mejdoub », et Mostaganem, avec plusieurs projets touristiques .Mais, avec le temps ce rêve s’est estompé avec l’austérité économique qui a conduit au gel, probablement. La zone balnéaire de « Sidi El-Mejdoub », à cause des routes, du manque de transports, de ses trottoirs et maisons délabrées, de ses problèmes d’assainissement ainsi que l’état d’insalubrité générale parmi d’autres insuffisances ; même le mur de soutien de bordure de la route qui entoure la plage est en très mauvais état. Bref, osons le dire « Sidi Mejdoub est carrément sinistrée » par le fait de l’oubli. La zone balnéaire qui est la garante du tourisme populaire Mostaganemois ne mérite pas son triste sort car c’est là où les grands perdants sont ses habitants, qui sentent une injustice quelques parts. Avec le temps qui passe, Sidi-Mejdoub se meurt chaque jour, un peu plus dans une agonie qui n’en finit pas.

Younes Zahachi
Samedi 2 Décembre 2017 - 17:38
Lu 890 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-01-2019.pdf
3.37 Mo - 16/01/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+