REFLEXION

MOSTAGANEM : La ville perd les tampons de ses avaloirs



La disparition de tampons ou couvercles des avaloirs dans certains endroits à Mostaganem, dénoncée par les citoyens et particulièrement les automobilistes qui en payent les conséquences en roulant malencontreusement sur de tels trous sans protection laisse supposer qu’il s’agit d’un acte d’incivisme qui semble ne rien épargner. Une virée du côté de la rue Khettab Abdelkader près  du cinéma ‘’Vox’’ là où débute le pont qui traverse Ain Sefra, fait découvrir au citoyen des trous d’ avaloirs sans protection remplis de toutes sortes de détritus, de morceaux de bois…, fruit d’un incivisme qui serait à l’origine de désagréments causés non seulement aux piétons qui risquent d’être blessés, en cas de chute, mais également aux automobilistes qui en paieraient les conséquences s’il venaient à rouler malencontreusement sur ces trous nus. Cette façon de faire, qualifiée d’actes inciviques coute beaucoup d’argent aux services de voirie de la commune qui doivent nettoyer et boucher ces trous  par de nouveaux tampons, saison hivernale oblige. Il est à se demander à qui profite la disparition de ces tampons qui seraient probablement escamotés par des personnes avec l’intention de nuire à autrui et porter préjudice financièrement à la Commune…? , expliquent des riverains rencontrés sur les lieux. Avant-hier, une mère de famille avec ses enfants, a failli trébucher sur l’une de ces plaques qui ne recouvrait pas la totalité de la bouche d’égout. Selon certains chiffres avancés, on saura que l’APC fait état de plus de 350 couvercles qui ont été volés au niveau de Mostaganem ces dernières années, causant de la sorte un préjudice important à la ville de Mostaganem. Par ailleurs, et selon les enquêtes ouvertes, suite à ces vols, il fut constaté, qu’il s’agit d’un réseau spécialisé dans ces vols. Par de tels actes, ce sont des millions, voire des milliards qui sont dépensés à chaque vol. Plusieurs affaires portant sur ces vols, ont défilé devant les tribunaux. On saura, suite à ces audiences tenues devant les tribunaux, que ce ne sont pas les gros trafiquants qui comparaissent devant la justice, mais les petits voleurs qui activent pour ces derniers, en contrepartie de quelques centaines de dinars. Des filières versées dans le trafic illégal des déchets ferreux et non ferreux, qui fait ainsi le bonheur de pareils trafiquants qui n’hésitent devant aucun obstacle, pour mettre à nu la ville et le pays. Par de tels actes, ce sont des millions voire des milliards qui sont dépensés à chaque vol. Ces couvercles une fois volés, sont remplacés. Toutefois, ce sont parfois des plaques en béton inesthétiques et dangereuses qui sont installées par les services concernés. Dépassant la surface de la bouche d’égout ou de l’avaloir. Ces dernières en béton, peuvent causer aux automobiles ou aux piétons des accidents graves.

Ismain
Vendredi 9 Août 2019 - 19:14
Lu 743 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-08-2019.pdf
3.01 Mo - 17/08/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+