REFLEXION

MOSTAGANEM : La saleté à Kheir-Eddine, les citoyens en ont marre !



C’en est vraiment trop ! L’incivisme des uns s’est allié avec la faiblesse ou l’incompétence des autres pour faire d’une charmante petite ville comme Kheir-Eddine, un espace qui collectionne des tas d’immondices, aussi divers que variés en certains endroits. Les visiteurs de passage dans cette commune  déplorent les désagréments qu'ils endurent en raison de la propagation de la saleté et  ordures des poubelles situées à proximité de la polyclinique et aux alentours de la cité 17 octobre, dégageant des odeurs nauséabondes qui défigurent l’état des lieux, propices à la prolifération de mouches et d'insectes, et même de maladies. Les odeurs des produits décomposés abandonnés à même le sol rendent, évidemment, l'atmosphère nauséabonde et exécrable pour les citoyens.  Tous les autres quartiers de Kheir-Eddine semblent abandonnés par les services de l’APC. En effet, en parcourant le chef-lieu de la commune, que de spectacles de désolation, la saleté, à proximité des immeubles, des dépôts d’ordures sauvages au devant même des institutions publiques. Une image inacceptable,  aucun respect, chaque jour que Dieu fait, les commerçants jettent leurs ordures et les abandonnent en plein air, portant ainsi atteinte à l’image de Kheir-Eddine et créant des difficultés aux piétons et autres usagers de la route. Ces derniers déposés par les taxis en provenance de Mostaganem sont obligés de faire tout un détour pour éviter le dépôt d’ordures. Devenu un des principaux fléaux qui rongent cette petite ville, le problème des ordures qui s’accumulent anarchiquement ici et là, faute d’un civisme citoyen, se pose encore tel un véritable casse-tête pour les responsables et les habitants de la ville. Cette tare, une de plus, n’a d’ailleurs pas fait réagir les responsables de la commune qui n’ont pas jugé utile de mener des opérations de collectes d’ordures et de nettoiement à travers les quartiers urbains, mais le manque de civisme des uns et des autres n’avance guère les choses. Cet état des lieux conduira sans nul doute à une situation désastreuse en matière d’hygiène et de salubrité publique. Le civisme et la conscience ne sont devenus que de vains mots. Les élus et les responsables qui sont en charge de la gestion des affaires publiques sont interpellés plus que jamais non seulement à sensibiliser tous les acteurs de la vie quotidienne, mais sévir à tout moment.               

Smain
Lundi 10 Février 2020 - 16:07
Lu 293 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-02-2020.pdf
3.9 Mo - 19/02/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+