REFLEXION

MOSTAGANEM : La côte de Kharrouba se transforme en zone de loisirs

Le risque de faire capoter les mesures sanitaires préventives récemment prises par le wali, sont une menace réelle qui appelle à un durcissement et une extension des zones de confinement partiel, sur la partie Ouest de Mostaganem où se sont redéployées des familles d’estivants. Pour éviter le pire et plus d’efficacité, doit-on s’attendre à une autre Décision, complétant et modifiant les précédentes ?



Ils ont pu contourner les décisions n° 908 et 909 du 01 juillet 2020 du Wali de Mostaganem portant mesures de prévention sanitaire par confinement partiel sur la zone côtière ‘Salamandre - Sablettes » La journée d’avant-hier, dimanche 05 juillet 2020 a été qualifiée d’étrange par certains citoyens  qui ont eu à constater  avec désolation que, suite à la mise en confinement partiel de la zone front de mer de  « Salamandre – Sablettes », c’est le centre de la cité Salamandre qui a été littéralement pris d’assaut  et c’est le misérable jardin central  qui a grouillé de monde. Des dizaines de familles et de personnes s’y trouvaient  agglutinés dans un espace restreint où tout s’entremêlait, créant ainsi un capharnaüm indescriptible ; dans sa périphérie, heureux celui qui arrivait à garer son véhicule car toutes les voies étaient pleines à craquer. A dire, c’était  incontestablement une journée d’exception marquée aussi par une canicule d’enfer mais, cela n’excuse pas l’attitude générale d’incivisme patent et indécent à la fois qui a prévalu. Ce fut véritablement un état de promiscuité favorable à la propagation du Coronavirus  SARS-CoV-2 où le risque  imminent est que  ce pauvre jardin hideux puisse devenir un cluster dangereux pour les riverains habitués à se décompresser, avec leurs enfants, le soir venu. Ceux qui ont été écœurés par ce spectacle et ont opté de faire un petit tour du côté Ouest, réaménagé avec des balcons maritimes, depuis le Rond-point de bifurcation de la RN11, vers Kharrouba et la Cité Essalam, ont été désagréablement surpris à plus d’un titre. Bien que cette zone est, parai-t-il, annoncée comme étant parmi les foyers de propagation de coronavirus, il n’en demeure pas moins que des centaines de personnes et des dizaines de véhicules occupent le front de mer jusqu’à la « baie de sidi-Medjdoub », interdite d’accès. Les aires de jeux et espaces familiaux  ainsi que ceux encore en chantier sont occupés par bon nombre de familles et personnes avec une présence remarquable d’un nombre de véhicules qui ne cesse d’augmenter de manière inquiétante. Selon toute vraisemblance et une quasi- certitude, tout ce beau monde motorisé  qui stationne n’importe comment, se  prélassant en famille dans la promiscuité et sans masque de protection laisse penser qu’il n’a rien à voir avec les environs de la « Cité Kharrouba-Hay Essalam » Du coup, on assiste à un redéploiement des familles estivantes inconscientes  dans un confinement de loisir dangereux, en l’absence de toute forme de respect des mesures basiques de prévention sanitaire. Dans ces conditions, des citoyens inquiets et conscients du risque de rebond des infections de propagation au CoViD-19, suggèrent  à M. le wali de la wilaya d’appliquer les mêmes mesures restrictives en incluant également  cette zone de « Kharrouba » en interdisant le stationnement des véhicules tout le long du parcours.

Younes Zahachi
Lundi 6 Juillet 2020 - 17:02
Lu 7234 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 09-08-2020.pdf
3.68 Mo - 08/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+