REFLEXION

MOSTAGANEM : Fornaka ‘’noyée’’ dans des odeurs pestilentielles

Les citoyens de Fornaka ne cessent de se plaindre des odeurs « pestilentielles » que dégage la zone industrielle de leur commune. Ils déclarent mener un vécu très inconfortable à cause de ces émanations insupportables endurées au quotidien. Ils craignent surtout pour leur santé et celle de leurs enfants et de leurs animaux domestiques et d’élevage.



De guerre lasse et face à une situation qui perdure, selon eux,  certains citoyens de la commune  ont recouru  aux réseaux sociaux pour crier leur colère et dénoncer  « un calvaire qui s’installe dans la durée  et dans l’indifférence générale». En fait, une  « contestation numérique » a pris naissance sur la toile avec un effet boule de neige se profilant  à l’horizon et un risque potentiel de débordement  sur la voie publique avec les conséquences qu’on connaît. Les complaintes  des mécontents dégagent un sentiment  de manque d’écoute et de rassurance  à l’égard de leur préoccupation. Au  siège de l’APC,  force est de constater que l’état des lieux n’est pas reluisant en matière de veille environnementale. En effet, aucun vice-président   n’est chargé officiellement de l’épineux dossier de l’environnement. Le même constat vaut  à l’endroit de  la commission permanente de l’environnement. Une commission pratiquement absente,  de l’avis de beaucoup de citoyens.  Pareil pour ce qui est du  bureau HSE de la commune (voir décret n° 87-146 du 30 juin 1987), pas de personnel chargé de l’environnement. Interrogé, un élu fait savoir que le problème des odeurs de la zone industrielle  est sérieusement pris en charge par les autorités locales et assure que  le cadre de vie du citoyen compte parmi les priorités de l’APC. Selon lui, une commission de wilaya s’est déplacée sur le terrain au mois de décembre dernier  et a  rédigé son rapport. Mais il dit n’avoir aucune idée sur les mesures décidées et le plan d’action retenu pour traiter le  problème. Le même élu ajoute que, dans le même cadre, une commission de daïra a été également dépêchée au chevet de la commune en désarroi,  sans  donner plus de détails. Certes, les propos de l’élu interrogé sont rassurants à plus d’un titre,  mais  il faut noter aussi que quand une zone industrielle  devient un sujet d’inquiétude pour la population riveraine, quelques réflexions légitimes s’imposent d’elles-mêmes. Normalement, tout projet d’installation industrielle  est soumis  au préalable  à une étude de risques et d’impact sur l’environnement et sur la santé et la sécurité de la population riveraine. Ensuite, l’aspect environnement étant crucial, cela implique que les entités de veille au niveau local(APC)  sont dotées des moyens humains et matériels nécessaires et sont opérationnelles à plein temps sur le terrain. Cela implique aussi que,  par ses inspections périodiques,  la Direction de l’Environnement pèse  sur le respect des lois du pays relatives  à l’environnement et joue  son  rôle  préventif  contre les dépassements  et leurs conséquences. Enfin, le cahier des charges qui lie les industriels et le gestionnaire de la zone  précise certainement les rôles et les obligations de toutes les parties à l’égard des déchets industriels solides, liquides et gazeux.

Mokhtar Aicha
Samedi 26 Janvier 2019 - 18:23
Lu 349 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-06-2019.pdf
3.63 Mo - 15/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+