REFLEXION

MOSTAGANEM : 1ère conférence internationale sur l’apiculture



Un grand panel de conférenciers algérien et étranger et une grande assistance d’apiculteurs algériens  venus de toutes les wilayas  se rencontre à l’occasion de la première conférence internationale sur l’apiculture pour un échange fructueux et constructif dans le but de développer l’apiculture dans le pays.L’abeille joue un rôle important dans notre quotidien car par son miel elle procure une source très appréciable en gains financiers. Avec une main d’œuvre  spécialisée dans ce domaine avec des emplois stables et bien rémunérés, c’est grâce à de telles conférences que l’Algérie pourra faire son entrée dans le commerce international du miel et ses dérivés avec un apport de devises intarissable puisque les produits de l’apiculture sont toujours bien cotés mondialement.  L’abeille algérienne appelée(Apis mellifica intermissa) se compose de deux espèces la tellienne et la saharienne qui sont très productives et peu agressives en sachant que le potentiel apicole algérien constitue  un patrimoine génétique irremplaçable.  L’abeille aussi féconde plus de 80 % de notre environnement végétal, et dont dépend directement 40 % de notre alimentation, sans abeilles nous n’aurions même pas une simple tomate pour faire notre salade. L’Algérie possède approximativement 1 million de ruches mais la production reste faible qui ne dépasse guère 5000 tonnes par an, pour la même quantité de ruches on obtient le double de la production dans d’autres pays.  Les apiculteurs concentrent leur production essentiellement sur le miel, alors qu’une ruche produit d’autres dérivés, dont le propolis qu’on produit pas du tout, la gelée royale qui est de 10%,la cire qui est de 30% ceci dit on a l’opportunité de produire des dérivés mais hélas par la sous-exploitation de la filière de l’apiculture, on est obligés d’ importer ces derniers, c’est bien là que doist entrer en jeu les  séminaires qui auront pour but de multiplier la production par 10 chez nos apiculteurs  avec la création de 10.000 emplois / an sans aucune aide de l’Etat. Tout repose sur la sensibilisation et la formation avec l’équation apiculteur+ formation+ sensibilisation égale production de miel+ gelée royale+ pollen+ propolis qui peuvent engendrer un bénéfice de 400 milliards de centimes par an avec une projection sur 5 ans, ayant pour finalité 100 ruches produisant  100 ruches qu’on appelle en économie l’amortissement sur l’investissement. Enfin, l’abeille fut même citer dans le Saint Coran par sourate « ennahle ».            

B. Naboussi
Lundi 26 Novembre 2018 - 16:33
Lu 290 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2018.pdf
2.83 Mo - 10/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+