REFLEXION

MINISTRE TAYEB ZITOUNI : "La France tenue de reconnaitre ses crimes en Algérie’’

Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine, a accusé, lors d’une visite à Skikda les autorités françaises de bloquer les dossiers litigieux relatifs à la mémoire. “Les autorités françaises n’affichent pas une volonté sincère de traiter ces dossiers.



Il y a un blocage du côté de la partie française. Les relations sont gelées. Nous tenons la partie française pour responsable de cette situation”, a-t-il déclaré aux médias dont Echourouk news et l’agence APS. Il a cité les dossiers des archives de la guerre de libération nationale, de l’indemnisation des victimes des essais atomiques du Sahara algérien, des crânes des résistants algériens (déposés dans un musée à Paris) et des militants disparus lors de la guerre de libération entre 1954 et 1962. “La France quoi qu’elle fasse pour retarder les choses demeurera tenue de présenter des excuses officielles, de reconnaître ses crimes et d’indemniser les Algériens (…) Il faut désormais réfléchir à d’autres méthodes, dépasser celle de la diplomatie et des groupes mixtes”, a annoncé Tayeb Zitouni.   Alger et Paris ont créé lors du premier trimestre 2016 des commissions mixtes pour étudier les questions relatives notamment à la récupération des archives. Tayeb Zitouni a déclaré, en juillet 2016, que seulement 2 % des archives détenues par la France ont été récupérées par l’Algérie. Il a ajouté que l’Algérie ne compte pas renoncer à sa revendication relative à la restitution de la totalité des archives. Demande appuyée par l’Organisation nationale des Moudjahidine (ONM). L’ONM exige depuis des années l’ouverture du dossier des dix-sept essais nucléaires français dont quatre aériens dans le sud algérien, entre 1961 et 1966, pour indemniser les victimes algériennes. Le 5 janvier 2010, le Parlement français a adopté la loi 2010/2 relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français. La loi Morin, suivi d’un décret, a répertorié une liste de 21 maladies radio-induites résultant d’une exposition à des rayonnements ionisants dus aux tests nucléaires. Le texte a été modifié fin janvier 2019 pour obliger les victimes à prouver leur exposition à un certain niveau de radiation pour pouvoir bénéficier d’indemnisation.

Ismain
Mardi 8 Octobre 2019 - 19:04
Lu 189 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-11-2019.pdf
3.81 Mo - 17/11/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+