REFLEXION

MINISTRE MOHAMED MEBARKI : L’enseignement professionnel peine à susciter l'intérêt

Adopté récemment par le gouvernement, le réaménagement de l’architecture des diplômes de l’enseignement professionnel vise à intégrer leurs titulaires dans des secteurs techniques de l’économie et à permettre aux élèves le souhaitant de poursuivre des études plus poussées dans cette spécialité.



S’exprimant à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le ministre de l’enseignement et de la formation professionnelle,  Mohamed Mebarki, a expliqué que ce nouveau cursus s’adresse aux élèves de l’enseignement moyen admis pour intégrer les lycées. « Malheureusement », déclare M. Mebarki, celui-ci n’a pas répondu à ces objectifs visant à amener le tiers (1/3) parmi eux à choisir la filière de l’enseignement technique, « extrêmement importante » pour le développement économique du pays. De l’architecture des diplômes, le ministre explique que l’enseignement professionnel permet à ses diplômés, soit de trouver immédiatement à s’insérer dans des postes technique de l’économie, soit à poursuivre des études professionnelles supérieures. Il explique, également, que contrairement au passé, la nouvelle réorganisation ne prévoit, « dans une première étape », que la délivrance d’un seul diplôme de l’enseignement professionnel, précisant qu’il ne s’agit pas d’un bac professionnel mais d’un diplôme équivalent à celui du grade de technicien supérieur de niveau 4, en attendant, ajoute-t-il, une troisième étape consistant en la création d'un diplôme professionnel «de niveau 6».  M. Mebarki confirme, d’autre part, qu’à travers la nouvelle réorganisation des diplômes de l’enseignement professionnel, c’est une « passerelle » qui a été établie entre le secteur de l’Education nationale et celui de l’enseignement professionnel. Selon lui, cette passerelle a été créée pour diminuer les déperditions scolaires et permettre aux élèves peinant à continuer dans le système général, «à glisser» vers l’enseignement professionnel, parce que les diplômes «sont dupliqués même s’il ne s’appellent pas de la même manière».   

Ismain
Mardi 18 Avril 2017 - 19:44
Lu 234 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-03-2019.pdf
3.27 Mo - 18/03/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+