REFLEXION

MERCURIALE A MOSTAGANEM : Effondrement des prix de certains produits agricoles



Parmi les autres "souks de fruits et légumes" pratiquant le vente en gros, celui de Sirat ,situé au Sud-est du chef-lieu de la wilaya de Mostaganem, il est bien connu car toujours bien fourni, il attire pas mal de détaillant qui y viennent s'approvisionner très souvent. Ces derniers viennent de tous les coins la wilaya comme Mostaganem, Ain Tedeles, Bouguirat.....etc. Sa réputation bien faite, sans homologation par l'Administration, capte même certains détaillants originaires des wilayas avoisinantes. Même sans infrastructure, il arrive d'être l'hôte de certains commerçants de l'Est du pays. Ils ne sont pas légions mais on peut les croiser tout de même. Signalons que cette semaine a vu une chute vertigineuse des prix de certains produits alors que d'autres prix ont connu une stabilité remarquable. A l'évidence, dans ce marché de gros populaire, la quantité, la variété et la qualité des fruits et légumes étaient au rendez-vous en ce lieu, à la faveur d'une fin de printemps pluvieuse, alternée par des journées ensoleillées .C'est une gâterie de la météo qui a été bénéfique pour une bonne reprise de la saison agricole avec de bons rendements, croit-on savoir, et c'est l'offre qui a dépassé de loin la demande vers la fin de cette  première décade du mois Ramadan., conduisant à l effondrement des prix de la Pomme de terre, l'oignon, betterave....pour ne citer que ceux là..Le prix de ces spéculations s'est négocié à la cession entre 16,00 et 25,00 Dinars le kilogramme sauf pour la tomate, la courgette et les petits pois qui ont  été cédé à pas moins de 30,00 Dinars le kilogramme .L'on pense que ces bas prix sont un coup dur que les fellahs sont entrain d'encaisser vu qu'ils ne dégagent aucune marge de bénéfice. Certains produits sont resté quand même un peu chers à l'instar de l'ail, vendu pour 130,00 Dinars le kilo ou encore celui des haricots verts à 150,00 Dinars au kilo. Certains pensent que la mercuriale s'auto-régule par une sorte de péréquation qui veut que quand le prix de certains produits baissent, d'autres augmentent pour compenser la perte mais, ce n'est pas vrai pour le fellahs qui n'ont pas diversifié leur plan de production et ont tout misé sur une ou deux principales spéculations. Dès l'entrée des melons et pastèques de production locale et notamment l'évolution de la situation sanitaire, les prévisions n'offrent pas une visibilité suffisante pour faire un pronostic sur les prochaines mercuriales : l'avenir nous le dira et nous espérons que nos fellahs trouveront leur compte sans trop de pertes financières.                             

Younes Zahachi
Mardi 5 Mai 2020 - 18:20
Lu 470 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 31-05-2020.pdf
5.59 Mo - 30/05/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+