REFLEXION

MATERNITE DE POINT DU JOUR D’ORAN : 14 à 15 naissances par césarienne par jour



C'est un constat amer fait par le Directeur de la santé et de la population d’Oran  lors de la 3ème session ordinaire de l'assemblée populaire de la wilaya d'Oran qui s'est déroulée à l'hémicycle en présence du wali et de l'ensemble des membres de l'exécutif. Un médecin spécialiste en accouchement, dans son intervention, n'a pas manqué de préciser que dans la Maternité de Point du jour à Oran, une femme sur quatre donne naissance par césarienne, soit 14 à 15 césariennes par jour. Cette méthode d’accouchement prend, ces derniers temps, de l’ampleur d’une façon inquiétante, bien que la naissance par césarienne peut présenter des avantages indéniables, pour la mère et le bébé et même leur sauver la vie. Dans de telles situations, presque tout le monde s’accorde à dire que ses avantages l’emportent sur ses inconvénients. Cependant, dans d’autres cas, les avantages d’une naissance par césarienne, pour la mère et le bébé, peuvent être moins importantsou remis en doute. Dans ce cadre, l’établissement hospitalier, spécialisé en gynécologie et obstétrique «Benyahia Zohra» (Maternité de Point du Jour), a lancé un projet de préparation des femmes à l’accouchement pour limiter ceux par césarienne. Selon Mme Lahici, responsable du projet, «le projet a débuté en juillet 2011, suite à la conjonction de plusieursfacteurs. Mon histoire de praticienne de 30 années, en maternité,m’a fait constater les souffrances inutiles des femmes lors de l’accouchement, souffrance en grande partie dues à leur ignorance de la mise au monde et surtout des images négativesqu’elles construisent». «Ce projet a donné de bons résultats, selon une étude faite, dans le cadre d’un projet pédagogique de mémoire de fin d’étude de sage-femme. A travers l’étude réalisée auprès d’un échantillon de 61 femmes dont 30 ont suivi la préparationà l’accouchement, il a été permis de tirer des conclusions édifiantes», a affirmé notre interlocutrice. Selon une enquête, «la durée d’hospitalisation est nettement plus courte chez les femmes préparées. Dans 78% des cas, elles passent moins de 4 heures, à la maternité, avant l’accouchement (elles savent à quel moment il faut qu’elles aillent pour accoucher. 23 femmes du groupe préparé ont été très coopératives avec les sages-femmes, contre seulement 12 dans le groupe témoin».Des séances de préparation à l’accouchement en groupe, à partir du 6ème mois de grossesse, sont actuellement dispensées à la maternité de Point du Jour. Le programme proposé aux jeunes futures mamans de  6 séances comportant une partie théorique et une autre pratique. «En théorie, les femmes reçoivent des informations sur la physiologie et les étapes de la grossesse, sur tout ce qui touche à l’hygiène et à l’équilibre alimentaire, ainsi que l’hygiène du corps et enfin sur les étapes et le déroulement de l’accouchement proprement dit. Cette partie est dispensée avec l’aide de supports pédagogiques: diaporamas, vidéos, échanges entre les participantes, discussions sur des problèmes  au cours des débats. La promotion de l’allaitement maternel prend une bonne partie des explications données aux femmes. La prévention contre les maladies sexuellement transmissibles est aussi un sujet qui est abordé, lors des discussions. En pratique, des techniques respiratoires leurs sontapprises pour accompagner les contractions et l’accouchement. Cet aspect qui allie concentration et détente, permet à la femme de ne pas se fatiguer inutilement en s’essoufflant, d’être rassurée par les pauses entre les contractions, entre autres», selon notre même interlocutrice.     Medjadji H.

 

Réflexion
Lundi 28 Octobre 2019 - 16:39
Lu 782 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 20-09-2020.pdf
3.68 Mo - 19/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+