REFLEXION

MASCARA : Une ville sans marché de fruits et légumes



La ville de Mascara se trouve sans marché de fruits et légumes, ni poissonnerie, depuis que le marché de « Rekaba » fut démoli et remplacé par un jardin. La population mascaréenne qui avait l'habitude de faire ses emplettes à Rekaba vient de perdre ses repaires et par nostalgie, elle continue à se rendre à Trig El Oued, un marché qui arrange les petites bourses, c’est aussi  un lieu de rencontre des amis et des vieilles connaissances. Le marché ouvert sur la route de Selatna quant à lui ne fait pas l'unanimité, il avantage quelques quartiers seulement, tels que la Zone 8, Hai Sabah, Sidi Mouffok et les 400 logements, mais le reste des quartiers est lésé comme Bab Ali, Sidi Bouskrine, la Gare, Sonacome, Ain Beida. La population de ces quartiers ne trouve pas son compte, elle vire vers Trig El Oued au marché de l'informel qui fut délogé à plusieurs reprises, mais continue à faire les beaux jours des petites bourses. Le Marché de la route de Selatna ouvert dans les hangars de l'ex S.N. Sempac ne présente aucune commodité d’un marché au sens propre du mot, c'est plutôt un souk de légumes et fruits ou règne un désordre, où la plupart des marchands préfèrent la vente sur le trottoir, idem pour les poissonniers. En effet,  le marché est presque vide, faute de la pratique des prix qui sont hors de portée des ménagères. Des prix très contestés, c'est pourquoi, les gens préfèrent le déplacement vers Trig El Oued. Hadja Souad a dit : « rien ne vaut l’ancien marché de Rekaba,  c‘était identité de la ville, un lieu d'achats et de rencontres entre les anciens et les anciennes de Mascara, Rekaba c'est le lieu névralgique de la ville, il portait les signes de la Révolution, un lieu nostalgique de nos jours ». Hadj Benaoumeur dit à son tour : «  les responsables ont commis la bêtise de démolir le marché et moi j’endosse cette responsabilité aux élus de l’APW et de l’APC de l’époque de ne pas avoir défendu cette infrastructure, ou du moins, ils auraient proposé la construction d’un autre marché à l'endroit au lieu d'un jardin, Mascara c'est plein de jardins délaissés, abandonnés, des jets d'eau à sec, aucun entretien des arbres, pas de plantation de fleurs. Donc à quoi ça sert de démolir une infrastructure qui rapporte de l'argent pour l’APC et rend service aux citoyens, pour aménager un espace vert sans qu'il ne soit vraiment un espace vert. La ville de Mascara vit à l'écart de la planification et l'urbanisation. On continue à réaliser des infrastructures qui n'ont aucun rapport avec le quotidien du citoyen ni avec l'environnement de la ville.           

B. Boufaden
Lundi 13 Juillet 2020 - 16:40
Lu 356 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 09-08-2020.pdf
3.68 Mo - 08/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+