REFLEXION

MASCARA : Où vont les champignons des champs ?



Au mont de Zelamta dans la Daïra de Hachem, des champignons poussent dans la localité d’El Malah. Cette zone salée où poussent en quantités des champignons des champs que les gens de cette localité cueillent pour la consommation domestique, qui parfois sont laissés sur place, puisque les jeunes ne savent pas grande chose à cette plante qui n’est ni un fruit ni un légume, mais qui est en réalité, selon les botanistes, un végétal dit cryptogame cellulaire, lequel , constitue un règne a lui seul. Dépourvu de chlorophylle, donc incapable de photosynthèse, il se nourrit de matières organiques constituant d’autres organismes. A noter au passage que ce qu’on appelle champignon n’est en réalité que le sporophore et les botanistes disent que la partie visible du champignon est aussi fertile, nommée mycélium et qui évolue sous terre. La cueillette de ces champignons est souvent associée avec l’automne, moment où certaines espèces poussent en abondance, mais les terrains sont soit des propriétés privées ou publiques, comme les forêts par  exemple, où parfois l’accès est interdit. La cueillette des champignons est pareille à la chasse, elle est régie par des lois. Le ramassage pour consommation personnelle est toléré au niveau des forêts par les services des forêts. Le ramassage des champignons doit également répondre à certains critères, puisque ce n’est pas tous les champignons qui sont comestibles. On doit avant tout identifier scrupuleusement les champignons, les espèces de champignons sont tellement variées dans leurs caractéristiques que l’on ne peut les déterminer facilement comme  étant comestibles ou pas. Si vous avez le moindre doute sur la comestibilité de vos champignons, alors approchez-vous d’un mycologiste, il saura vous indiquer si vous pouvez le consommer ou pas. Il n’y a pas si longtemps, on trouvait ces champignons sur les étals des marchés, apportés par des gens qui connaissent parfaitement ces végétaux et qui étaient vendus à prix fort. Mais depuis belle lurette, il n’y a pas trace de ces végétaux, donc ignorés. Les gens qui habitent les campagnes ont complètement oublié leurs coutumes et traditions, ils ignorent même leur culture.     

B.Boufaden
Lundi 18 Novembre 2019 - 18:44
Lu 398 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+