REFLEXION

MASCARA : La gare routière, le lieu de tous les maux

La gare routière de Mascara, ne ressemble point à une structure de transport de voyageurs et par laquelle transitent les cars de transport de voyageurs venant du Sud de la wilaya, de l’Est, de l’Ouest et du Nord, son état laisse à désirer. Les lieux servaient auparavant comme marché de légumes et fruits de l’ex-COFEL, puis transformés en gare routière, la conception pose problème, les magasins sont des locaux servant pour le stockage de légumes et ne répondent pas réellement aux normes qu’exige la règle commerciale.



Les transformations opérées ne pouvaient pas offrir la conformité à ces lieux, les cafés, restaurants et magasins ne sont en réalité que de petits locaux mal aérés où sont exposées des tables et des chaises de fortune pour servir de restaurants ou de cafés mis à la disposition de citoyens transitaires dans le besoin de se nourrir pour continuer leur voyage long parfois et fatiguant. Ces petits locaux disent les occupants sont payés entre 40 et 45 millions de cts par an à l’adjudicateur de la gare routière, qui est chargé conformément au cahier de charge de faire des entretiens, quand à l’aménagement, il revient de droit et conformément aux cahiers de charges à l’APC, le propriétaire des lieux. Reste le grand hall, c’est un lieu commun, tout le monde en profite, mais personne ne prend soin, on trouve des caisses de limonades, de fruits, utilisé pour servir de terrasse pour les cafés, des vendeurs de Karantika sans aucune autorisation et dont les produits exposés à la vente ne répondent point aux règles d’hygiène. Au niveau des bus, les transporteurs, se plaignent de leur côté en disant « on nous oblige à débourser 100 da à l’entrée chaque jour, mais rien en contrepartie, pas d’abribus pour les voyageurs, pas d’eau, les voies dégradées au point où on n’arrive pas à s’arrêter convenablement pour faire descendre nos clients, on doit également payé le chef de quai chargé de la réglementation au niveau des quais. La gare routière de Mascara occupe une place importante en matière de transit de voyageurs, elle relie la partie Sud du pays au Centre du pays, d’importants engins transitent par ces lieux, malheureusement, ces lieux manque d’entretien, d’aménagement. Selon le chef de la Daïra, des travaux vont être entrepris dans le cours de la semaine prochaine, l’adjudicateur vient d’engager la somme de 2 milliards pour effectuer des travaux de bitumage, l’affalement des lieux et l’aménagement d’un poste de police qui servira à réglementer les entrées et les sorties de chaque engin. Le citoyen a également son mot à dire,  Cherifa, cette dame qui prend quotidiennement le Bus disait « franchement, ce que vous appelez gare routière, n’a rien de gare routière, pas d’abribus, pas de bancs, pas d’eau, aucune discipline, les receveurs et certains qui aiment s’exhiber devant les citoyens,  se permettent de prononcer leurs obscénités et vulgarités devant tout le monde, les disputes, des manœuvres dangereuses mettant les gens en danger. Il y a également le manque de guichets pour la vente des tickets, cette opération se fait devant la porte d’entrée. Par les temps pluvieux, si on ne prend pas une douche froide dans l’une des flaques d’eau à la descente du bus, on se mouille durant l’attente, même à l’intérieur de l’infrastructure, on est à l’abri, puisque l’étanchéité n’est qu’une simple passoire ». L’Adjudicateur cherche seulement comment gagner beaucoup d’argent sans dépenser le moindre sou.   L’APC, une fois perçu le montant du loyer ferme carrément les yeux même si ses biens se dégradent de jour en jour et ce n’est que le citoyen qui subit les conséquences.

B.Boufaden
Samedi 27 Juillet 2019 - 19:52
Lu 748 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma