REFLEXION

MASCARA : Des entreprises casseuses des prix

Au niveau de la wilaya de Mascara, des entreprises casseuses de prix continuent à bénéficier de projets, qu’elles ne sont pas en mesure de réaliser. Ces entreprises n’ont pas les moyens matériels nécessaires pour réaliser les travaux dont elles sont chargées, ni les moyens financiers.



En effet, ces entreprises bricolent, et  les ouvriers ne sont pas assurés ni payés  en temps, Les matériaux sont acquis à crédit, parfois les fournisseurs refusent de  traiter avec eux à crédit, ce qui obligent les ouvriers à déserter les chantiers, qui dépassent largement les délais fixés pour la réception des projets réalisés. Parmi elles (entreprises), figurent celles qui ont effectué des aménagements au niveau des écoles et en particulier celles des zones rurales. Devant chaque école, il y a des tas de sables, graviers et autres remblais déposés, constituant des matériaux pouvant être dangereux pour les enfants, vu qu’un accident entre collègues peut vite arriver. Si Ali disait : « en 2019, nous voilà toujours face aux bricolages des entreprises qui n’ont même pas une brouette et des pelles, bénéficiant de projets de réalisation ou d’aménagement avec  des sommes faramineuses de 300 à 400 millions de cts et qui, derrière eux des agents de suivi choisis sur le tas, et  que l’on peut facilement aligner sur la stratégie qui par un simple coup de fil portable, sont désignés, ne jouant aucun rôle, laissant l’Entrepreneur agir à sa guise. Pourtant, les responsables de la wilaya qui connaissent les capacités et forces de ces Entreprises, continuent à leur octroyer des projets qui dépassent leurs moyens ». Notons que les Entreprises en question ne sont pas en mesure de réaliser les travaux dont elles sont chargées, mais en plus, elles s’engagent dans plusieurs projets à la fois,  où elles divisent les ouvriers en plusieurs opérations, n’arrivant pas à réaliser  aucune d’elles dans les délais. Le bricolage, le travail bâclé, la négligence, les retards sont endossés aux suivis qui demeurent à la solde des Entrepreneurs et qui ne peuvent les contrôler  puisqu’ayant gouté au miel de leurs mains. Les directions chargées de l’octroi des opérations d’aménagement ou de réalisation doivent se conformer au statut de chaque entreprise et exigent l’inventaire du matériel qui devra servir dans chaque projet avec engagement qu’il ne soit pas transféré vers un autre chantier sans que ne soit achevé le premier.

B.Boufaden
Samedi 28 Décembre 2019 - 15:08
Lu 335 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma