REFLEXION

MALADIE DE PARKINSON : Plus de 80 nouveaux cas admis à l’EHU d'Oran

La maladie de Parkinson est une maladie du système nerveux à évolution lente qui entraîne une perte du contrôle des muscles. Elle touche 1 % des personnes qui ont plus de 65 ans. Elle touche plutôt les hommes que les femmes. Même si elle n'est pas mortelle en soi, à son dernier stade, elle comporte des risques de pneumonie, de suffocation, de dépression grave et de décès.



Environ 80 nouveaux cas de parkinson, ont été reçus cette année par l’établissement hospitalier universitaire 1er novembre », a-t-on appris de la cellule de communication de cet hôpital. La maladie de Parkinson est une affection qui concerne environ 70.000 personnes en Algérie. Cette pathologie est caractérisée par une insuffisance de la prise en charge et l’inexistence de structures pouvant venir en aide aux malades. Connue pour être une maladie neurologique dégénérative, elle se manifeste par des gestes rigides, saccadés et incontrôlables. Pour le traitement de la maladie, les médecins préconisent une thérapie médicamenteuse avant d’opter pour la chirurgie. En 2016, l’EHU d’Oran a lancé les opérations de stimulation neurologique. Une technique moderne de traitement des parkinsoniens. La stimulation est proposée une fois que les médicaments cessent de donner un effet. En effet, quelques 120 patients atteints de la maladie de Parkinson attendent de bénéficier de la nouvelle technique de stimulation du cerveau à l'aide d'électrodes très fines pouvant apporter un réel soulagement. Au commencement de la maladie, les médicaments permettent aux patients de vivre sans symptômes ou presque, mais au bout de quelques années, les complications se manifestent sous forme de mouvements involontaires et de fluctuation entre périodes d'amélioration et résurgence des symptômes moteurs au cours de la journée. La stimulation neurologique pour le traitement de la maladie de Parkinson consiste à placer une pile sous-cutanée projetant des électrons au niveau du cerveau, et qui stimulent à leur tour les neurones. Cette stimulation permet de secréter la dopamine (une substance qui contrôle le mouvement et le fonctionnement du corps) ce qui atténue les symptômes de la maladie.

Medjadji Habib
Dimanche 11 Novembre 2018 - 17:40
Lu 468 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 23-09-2020.pdf
3.28 Mo - 22/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+