REFLEXION

M. RABHI MOHAMED ABDENOUR, WALI DE MOSTAGANEM A ‘’REFLEXION’’ : Tout sur Mostaganem

Après 14 mois de travail acharné, depuis son installation, le wali de Mostaganem met le train du développement de Mostaganem sur les rails. Un programme de logements consistant, les projets de l’hôpital de Kharrouba, la radiothérapie, l’oncologie pédiatrique, le projet du nouveau pôle urbain, sont en cours et le tram patientez encore une année : l’empreinte du maitre des gros travaux. Silencieux, discret, préférant travailler dans l’ombre, sans publicité et sans acclamations, ce sont les qualités de M. Rabhi Mohamed Abdenour, wali de Mostaganem, qui dans un entretien avec le Directeur de Réflexion a bien voulu répondre à beaucoup de questions sur quelques dossiers qui préoccupent l’opinion publique.



6525 logements en cours dont 400 pour les émigrés
Mostaganem a été gâtée, 6525 logements tous types confondus seront construits pour satisfaire les demandes de la population, entre ce qui sont en cours et ceux qui seront lancés en 2019. Un programme de 2005 logements de type AADL a été retenu pour Mostaganem, les terrains affectés pour la réalisation de ces logements ont été choisis, au niveau du périmètre de la ville de Mostaganem, à savoir : Mostaganem, Hchem et Sidi Othmane. Mostaganem a bénéficié également d’autres programmes de 1500 logements de type LPA, 500 logements ont été lancés et 1000 logements seront lancés en 2019.  Notons que ce type de logement LPA enregistre 16 mille demandes à travers la wilaya. La wilaya a bénéficié aussi de 820 logements LPP, 300 logements sont en cours de réalisation et 520 autres logements seront lancés en 2019, ajoutant que ce programme du logt LPP enregistre 400 demandes d’émigrés et 120 pour Mostaganem-ville. Pour ce qui est de l’habitat rural, le wali de Mostaganem et le ministre Temmar ont opté pour le rural groupé. A cet effet, Mostaganem a bénéficié de 2000 aides à l’habitat rural, dont les demeures seront construites dans le style de toiture en tuiles. Pour ce type de logements, 50 sites ont été réservés par la wilaya pour abriter le rural groupé.        

L’hôpital 240 lits, opérationnel le 2ème trimestre 2019
Le nouvel hôpital universitaire de 240 lits à Kharouba, à l’est de la ville de Mostaganem, après 11 années de retard , entrera enfin en service, au plus tard le deuxième trimestre de l’année 2019, selon les estimations du wali de Mostaganem , qui suit de près le cours des travaux de réalisation qui sont dans la phase finale du projet  , portant sur les équipements médicaux et autres équipements d’ameublement. Notons que les travaux de réalisation du projet de l’hôpital universitaire de Mostaganem, pour un coût global de 2,24 milliards DA, ont été lancés en 2007, et ont connu beaucoup de désagréments. Les travaux ont été suspendus durant 4 années faute de maîtrise de gestion et réévaluation financière, relancés ensuite en 2014 par cinq entreprises nationales.
Le projet en question était initialement inscrit pour 120 lits, une fois les travaux lancés, il a été réaménagé en 240 lits et transformé de simple hôpital en CHU, ce qui a eu un impact négatif sur le projet qui a déjà absorbé plus de 240 milliards de centimes.

Le bloc de radiothérapie est en cours de réalisation
La réalisation du service de radiothérapie n’a jamais été un rêve pour Mostaganem, et les actions prises par l’ancien wali et la volonté de l‘actuel wali pour achever le projet, n’ont jamais été des promesses en l’air !En effet,  la réalisation du bloc de radiothérapie n’est pas annulée, le projet est en cours de réalisation, il est en phase de coulage du bêton du bunker , des travaux qui demandent une technique élevée et minutieuse, qui est supervisé de près par Mr M. Rabhi Mohamed Abdenour, le wali de Mostaganem, qui espère livrer ce bijou  à temps si le problème de financement des équipements sera levé par la centrale pour débloquer l’argent de l’achat des accélérateurs qui coutent chers et dont la wilaya ne peut le financer localement surtout en cette période de crise financière. Le wali Rebhi, soucieux des difficultés qu’endurent les malades atteints du cancer, les navettes sur Oran et les rendez-vous éloignés de la radiothérapie, a révélé qu’il ne baissera pas les bras et continuera de convaincre le ministère de la santé pour un éventuel déblocage d’une enveloppe financière pour l’équipement du service de la radiothérapie.

Le service d’oncologie pédiatrique sera relancé
Le  service d’oncologie se trouvant au niveau du département de la pédiatrie de l’hôpital ‘’Che Guevara’’, inauguré en 2016, puis fermé faute d’équipements et reconverti en salle d’isolement pour les maladies contagieuses pour la petite enfance, est désormais une priorité de M. Rabhi Mohamed Abdenour, wali de Mostaganem, et il sera opérationnel prochainement. Rappelons que la réalisation de ce service d’oncologie pédiatrique était le souhait de toute la population de Mostaganem, même un promoteur avait acheté une ambulance colorée et animée réservée pour le transport des enfants cancéreux, mais la joie des enfants n’a pas trop duré après que le service fut fermé pour manque d’équipements anti toxiques. L’achat de cet équipement qui ne dépasse pas les 2 milliards de cts et qui est essentiel pour la sécurité des enfants et du personnel soignant et les visiteurs, n’a pas été acheté par les instances sanitaires qui ont recouru à la solution facile ; la fermeture. Et depuis, ce service est fermé et les enfants cancéreux font la navette chaque semaine de Mostaganem vers Messerghine –Oran, et l’ambulance offerte gracieusement à ce service fut affectée aux urgences médicales !  

L’assiette de l’ex-Sonic sera le nouveau pôle du centre-urbain
Les dits et les non-dits au sujet de l’assiette de l’ex-usine de la Sonic, située à la crique –Salamandre s’avèrent que des accusations en l’air, car cette assiette d’une superficie de 45 hectares est retenue officiellement dans le cadre du nouveau pôle du centre urbain de Mostaganem. Un grand projet de rêve pour le développement de Mostaganem, qui révèle l’aménagement d’un nouveau pôle du centre-urbain d’une superficie de 80 hectares, la requalification du centre-ville, tout un pôle équipé de buildings, d’un parking à étages, d’espaces verts, d’une chaine hôtelière et de complexes touristiques en face de la mer, des showrooms, et autres infrastructures qui changeront le look de Mostaganem. L’étude a été lancée par la wilaya de Mostaganem et le wali insiste pour faire de Mostaganem une ville touristique de référence.

Le tramway livré fin 2019
Enfin et ce n’est pas tout, Mostaganem est toujours en chantier avec le projet du tramway dont la réception s’annonce toute proche en fin 2019, si la cadence des travaux est maintenue et aucun problème ne surgit. Mais entre autres, le wali a insisté depuis son installation à la tête de la wilaya,  sur la redynamisation du commerce et la circulation routière pour atténuer les désagréments, et c’est ce qui a été fait en priorité : ouvrir les axes, et créer des dizaines de passages à travers la ville tout le long du tracée du tramway, et les commerces de l’avenue Benyahia Belkacem seront  ouverts  au plus tard le 1er trimestre de l’année prochaine, vu l’accélération des travaux sur ce tronçon. Rappelons qu’après la résiliation du contrat de l’entreprise réalisatrice le groupe franco-espagnol ; le Français Alstom et l’Espagnol Corsan Isolux, la tutelle a opté pour l’entreprise nationale ‘’Cosider’’ pour encourager cette société algérienne à investir dans le projet du tram, qui est  une première expérience pour elle afin de revaloriser le produit local. Cosider, quant à elle a relevé le défi et travaille 24/24h pour rattraper le temps perdu par l’entreprise étrangère, et le gros des travaux a été réalisé, et ‘’Inchallah’’ en  moins d’une année, le tramway sillonnera la ville de Mostaganem, et près de 500.000 passagers sont attendus par jour. Notons que la ligne du tramway de Mostaganem, se compose de 2 tronçons, à savoir : le premier reliera la Salamandre à Kharrouba  sur une longueur totale de 12,2km  à parcourir en 40 minutes et comportant 20 stations (station de Kharrouba- stade Commandant Ferradj- cité universitaire1 -fac de médecine – Haï Essalam- école de la protection civile- cité universitaire 2- cité universitaire 1- Tigditt- école de l’ALN- cité El Arsa- Gare SNTF 1 du centre ville- cité Khemisti- cité Cheikh Hamada - Cité Gouaïch Charef-  cité Bendjelidjel Kaddour- route du port- cité administrative et la Salamandre),  sachant que la capacité en heures de pointe serait de 3300 voyageurs/ heure.

 

Réflexion
Dimanche 16 Décembre 2018 - 16:45
Lu 2216 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-10-2019.pdf
3.62 Mo - 16/10/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+