REFLEXION

Lorsque l’unique est en panne d’imagination



Vivement la parabole, car il y en a pour tous les goûts et la morosité désertera, et vous savez de quoi je parle, aussi ne faites pas les innocents, la routine pour une fois sera rompue pour changer. Ne me dites pas aussi, que vous n’avez pas de parabole pour éviter de regarder notre unique. Confidences, pour confidences, je me suis dit en regardant la télévision, pas celle de chez nous, mais celle qui vient du ciel, que toutes ces émissions, que l’on passe jusqu’à vous droguer, même si parfois c’est exagéré, il n’empêche que cela permet de vous changer des palabres à longueur de journée et de la monotonie des tables rondes. Les autres, ceux qui ont inventé la parabole, ne sont pas logés, à la même enseigne que nous. Vous me direz que l’époque sonne le tocsin sur tout angélisme, avec toutes les vertus exigées du présentateur de haut-niveau érigé en modèle d’épanouissement pour avoir tant sacrifié en une nuit. Personnellement, ça ne me fait pas aimer moins ces personnages de télévision et je ne vois pas en quoi ils pourraient être plus épanouis que nous et notre unique qui végète avec tous les vilains défauts et les griefs retenus contre elle. Notre unique ne peut montrer qu'une inaccessible pureté terrestre, car voilà nos grands enfants totalement démunis quand enfin arrive l’âge adulte et tout le monde se fait la malle à l'heure du journal, en grimaçant pour ne pas à souffrir de sa propre image déformée dans une pénombre éternelle. On ne pense plus assez à offrir des spectacles à nos super-héros ni à nos mômes, pour créer l’ambiance et divertir ces petits qui rêvent en couleur. Nos téléspectateurs se meurent rien qu’à l’idée d’appuyer sur la télécommande et voir apparaître ces mines déconfites de nos présentateurs qui sont au bout du rouleau, aussi l’on rit jaune au lieu de grimacer dans les chaumières pour une fois. Enfin ce qui manque à l'unique c'est de l'imagination qu'on ne trouve pas aux coins des rues pour être plus précis. Saviez vous que l'imagination fait courir les plus audacieux, mais gare aux histoires à dormir debout, y'en a tellement qu'on ne sait plus ou donner de la tête, surtout quand on est grand et qu'on est vacciné pas contre la grippe porcine, mais contre le stress, la déprime et l'ennui compagnons de toujours. C'est vraiment  unique à l'algérien et vous m'en direz tant.

Réflexion
Mardi 27 Décembre 2011 - 10:15
Lu 382 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+