REFLEXION

Les traitres



Le navire coule, les rats quittent le navire. C’est le cas des chefs des partis de l’alliance présidentielle, qui, il y’a quelques semaines, ont acclamé le pouvoir et poussé le président à briguer un cinquième mandat. Retournement de veste FLN, RND, MPA,TAJ et leurs organisations satellites.
Maintenant que le peuple a dit son mot, réclamant la chasse de ceux qui restent des rats dans le navire du pouvoir, les lieutenants du capitaine de bord, ingrats , oublieux et hypocrites, se retournent contre leur chef qui les a nourris et promus aux postes supérieurs. Croient-ils être à l’abri des poursuites judiciaires puisque tous sont réclamés par la justice dans des affaires de corruption et trafic d’influence. Ouyahia et ses bus, Amar Ghoul et son autoroute, Amara Benyounes et sa boite de communication et Bouchareb et son cadenas, la rue des manifestants où ils veulent se garer est ‘’dos-d’anée’’.   
Les quatre mousquetaires, Ouyahia, Bouchareb, et les deux ‘’Amar’’, cherchent à se repositionner dans le mouvement populaire en prévision de l’après-Bouteflika, comme un caméléon, c’est dans son ADN de s’adapter à toutes les situations. Avec leur nouveau cheval de bataille : se réhabiliter auprès des mouvements ‘’dégagistes’’ hostiles au 5e mandat même s’il faut sacrifier Bouteflika et poignarder dans le dos leur Président qui les a enseignés comment mettre leurs pantalons.
Ces traitres qui ont trahi leur président dans la foulée de l’air du changement n’ont ni âme, ni principe, ni ‘’moustache’’, capables même de vendre leurs mères pour un poste de ministre, alors, qu’en est-il de ces loups s’ils s’infiltrent dans la bergerie des manifestants pour le changement ?    
Chers «traitres », chefs de partis de la coalition, « les hommes du Président », vous qui avez sollicité Bouteflika pour être votre candidat, malgré lui, vous qui avez appelé le peuple à voter Bouteflika, il y a un peu moins de deux mois pour profiter de la largesse du pouvoir et qui aujourd’hui vous crachez sans retenue sur votre Président que vous condamnez au nom du « mouvement populaire», honte à vous, de lâcher et lyncher celui qui a placé en vous une confiance aveugle et qui a fait de vous , hommes d’Etat et super politiciens.
Hommes ‘’entre Guillemets’’ qui changent de principes comme ils changent de vestes, des caméléons en costumes qui abandonnent le navire en pleine tempête, laissant leur commandant seul affronter les vagues du peuple. Mais le peuple n’est pas dupe ne croyez pas à un sauvetage miraculeux, les rats finiront toujours dans les égouts. L’Algérie ne vous oubliera pas et l’histoire retiendra votre passage !

 

Riad
Vendredi 22 Mars 2019 - 17:24
Lu 1495 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 25-04-2019.pdf
3.2 Mo - 24/04/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+