REFLEXION

Les ministres de Bedoui face à la colère



Les nouveaux ministres du gouvernement de Bedoui font face à une colère populaire. Le gouvernement Bedoui a visiblement toutes les peines du monde à accomplir ses missions. À Béchar comme à Tébessa, trois ministres du gouvernement Bedoui, dont celui de l’Intérieur, ont été chassés par les manifestants.  Survenant au lendemain de la répression des marches à Alger, cette nouvelle forme de lutte est une réponse claire à l’usage excessif des gaz lacrymogènes, et à l’entêtement du pouvoir de vouloir continuer avec les mêmes têtes. Une manière de lui signifier que le peuple ne perd pas de vue ses revendications et ce ne sont pas les moyens d’action qui manquent pour les faire aboutir. En plus clair, empêcher les rassemblements publics ne réglera rien et si les cercles occultes optent pour l’escalade, les conséquences seront désastreuses.  Même les tâches les plus simples relèvent aujourd’hui de l’impossible. Durant cette délicate phase de transition, le gouvernement de Noreddine Bedoui  a bien du mal à gouverner le pays, vu son impopularité parente. Des ministres jeunes, dans leur majorité non préparés à occuper de hautes fonctions politiques et ont été désignés ministres pour former une équipe gouvernementale dans une Algérie en phase révolutionnaire. L’équation est connue, et le résultat aussi. Il est désormais visible à chaque sortie, ou tentative de sortie, publique. Qu’en sera-t-il alors lorsque des ministres iront prêcher les vertus du vote ? Il n’y a pas de doute que ce nouveau mode de contestation fera tache d’huile. Aucun ministre ne pourra aller à la rencontre de la population sans créer l’émeute et il va sans dire qu’aucune transition sérieuse ne peut se faire dans ces conditions. La question sur l’avenir de l’Exécutif dont le départ est une des principales revendications de la rue est de nouveau évoquée.  Car le sort du gouvernement Bedoui est peut-être définitivement scellé, du moins politiquement, notamment  avec ce qui vient de se passer dans ces villes des deux extrémités du pays.

Amina L
Dimanche 14 Avril 2019 - 18:54
Lu 371 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-06-2019.pdf
3.27 Mo - 16/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+