REFLEXION

Les enfants de l’armée, ces enfants à nous !



L’avion Iliouchine I76 qui devait assurer la ligne Boufarik-Béchar-Tindouf avant de crasher dans un champ agricole à Beni Mered, est-il un avion vieil, vétuste et dangereux appareil pour la sécurité des passagers ? Les beaux parleurs, les faiseurs dans la boue, les antagonistes, peuvent en dire beaucoup et même avec des affirmations compromettantes. Alors que des experts, peuvent dire tout le contraire, que cet avion russe volait depuis 30 ans sans aucun problème. Ce qui est arrivé ce 11, à Boufarik, est en dépit de tout ce qui pouvait être, de ce qui pouvait être dit et ce qui pouvait être entendu, qu’un destin, bon gré mal gré. Loin, de la politique, loin des médias des uns et des autres, loin des surenchères, loin de tout, les engagés des corps constitués qui ont péri, sont les enfants du peuple, nos enfants à nous. Et l’avion, durant toutes ces années, était exploité sans qu’aucune incidence sur la vie de ses passagers, assurent les connaisseurs. Un avion âgé de 30 ans peut toujours être sécurisé et “digne de confiance. En France, une grande puissance, En Russie, le pays le plus sophistiqué en matière de construction aéronautique, bien de vieux avions de transport des troupes qui datent de 40 ans, volent encore. L’Algérie ne fait pas exception. Et nos avions ne sont pas plus vieux que ceux des autres pays dans le monde. La question la plus meurtrie que toute surenchère politicienne est celle de savoir que beaucoup de corps des victimes de la catastrophe aérienne de mercredi sont encore en stade d’identification pour pouvoir retourner chaque corps à la famille. Une tâche rendue difficile par le fait que plusieurs des victimes ont été carbonisées. Le deuil est profondément affligeant. Le crash de l’avion de transport de troupes à Boufarik, ayant fait 257 morts selon l’officiel, est le quatrième plus meurtrier de ces 20 dernières années à l’échelle mondiale. Ce qui a laissé la majorité des hôtels de la wilaya de Blida ouvrir leurs portes, aux familles des victimes du crash, en leur assurant gite et couvert à titre gracieux, reflétant, si besoin est, la solidarité légendaire du peuple algérien musulman, dans les situations difficiles qui marquent nos enfants engagés depuis des années, depuis tant de tragédies. Allah yarham tous nos morts et qu’Allah les accueille dans son vaste paradis. 

Ilies Benabdeslam
Vendredi 13 Avril 2018 - 17:38
Lu 726 fois
Entre Nous
               Partager Partager

Entre Nous | Mots pour Maux | Mosta-Scopie