REFLEXION

Le retour de Sellal



Avec la nomination de l’ancien premier ministre Abdelmalek Sellal, comme directeur de campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika pour la prochaine élection présidentielle, le président candidat a fait le bon choix, en faisant appel à son fidèle homme pour barrer la route aux courtisans politiques, et redonner l’espoir au peuple méprisé par les surenchères de certains politiciens et ministres qui ont exporté l’enfer aux citoyens à travers leurs discours hostiles.
A la tête du gouvernement en pleine crise durant des années, Sellal n’a jamais prononcé la phrase ‘’serrez vos ceintures ‘’ ou touché aux poches des salariés ou a dit : ‘’on n’a pas de quoi vous payez !’’ Sellal, a payé cher son succès et sa bonne gestion des affaires de l’Etat par le mépris des uns, et la jalousie maladive des autres. Le guerrier des batailles difficiles obligé de prendre congé de ses fonctions est resté toujours fidèle au président de la République et n’a jamais couru derrière une ambition présidentielle, comme l’ont fait certains qui ont mordu la main qui les nourrit.  
Sellal , convaincu qu’il est un cadre de l’Etat appelé à tout moment à le servir sans conditions, et savoir quitter la table quand il est appelé à rendre la serviette, n’a jamais répliqué ni rouspété ou tenté de mettre en doute la confiance du Président parce qu’il savait que la responsabilité n’est pas éternelle et elle est partagée à tour de rôle entre les cadres algériens, et que le chef de l’Etat est le seul maitre à bord du navire de l’Algérie qui détient le pouvoir de designer ses officiers !   
Modeste, simple dans son habit et ses discours, un premier ministre sans fanfare dans un costume de citoyen, côtoyant la population avec ses petites plaisanteries de la bonne sorte, dépêchant le message d’espoir aux algériens pour dire que l’Algérie va bien et qu’il n’y a pas le feu.
Abdelmalek Sellal qui a dirigé le gouvernement avec toute sérénité et confiance durant la période de la chute du pétrole, sans que le citoyen ne s’aperçoive pas des effets de cette crise, a représenté le Chef de l’Etat dans des missions étrangères sensibles, du Mali jusqu’à la maison blanche et a chapeauté la campagne électorale du Président durant trois mandats successifs sans changer de veste, cet homme qui nous a habitué avec son sourire et son humour est bientôt de retour.
Sellal qui a bataillé tout le long de sa carrière, un fonctionnaire qui a grimpé les échelons des postes administratifs avec sueur et ardeur, a sillonné les quatre coins du pays, chef daïra, wali et ministre avant d’être nommé à la tête du Premier ministère en 2012, n’a jamais eu d’autres ambitions que de travailler son pays , va être rappelé aux côtés de son Président pour gérer la prochaine étape qui s’annonce difficile à la veille des présidentielles de 2019 qui attisent beaucoup de convoitises.
 C’est vraisemblablement officiel, Abdelmalek Sellal devrait diriger la campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika pour la prochaine élection présidentielle. Après 2004, 2009 et 2014, il faut être aveugle pour ne pas voir que depuis avril 1999, le Président Abdelaziz Bouteflika nomme Abdelmalek Sellal aux postes difficiles au sein de la hiérarchie de l’Etat. En agissant ainsi, le chef de l’Etat ne fera que renvoyer l'ascenseur à un homme qui lui a juré fidélité.

 

Belkacem
Lundi 4 Février 2019 - 18:52
Lu 861 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-07-2019.pdf
3.79 Mo - 17/07/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+