REFLEXION

Le maire de Mosta et le neveu de Boutef



Le maire de Mosta et  le neveu de Boutef
Moul Firma, en colère contre le maire de Mostaganem, d’avoir servi le maire de Toulouse, candidat aux élections françaises de 2020, dans sa campagne électorale à Mostaganem, est offensé par le message de félicitations du français Jean glaude Dardelet , adjoint au maire de Toulouse qui remercie le maire arabe de Mostaganem d’avoir entretenu le cimetière chrétien : ‘’Bravo à monsieur Belkhodja d’avoir entretenu ces lieux uniques , c’est émouvant ! Ecrit Dardelet, sur la page Facebook de notre maire. Irrité contre les responsables de l’hôtel de ville de n’avoir pas retransmis le match des verts sur l’écran géant de la mairie, offert gratuitement par le prince des panneaux publicitaires, le gâté de ‘’Moul Stah’’, selon les dires de ‘’Shab El-Cachir’’ du FLN, Moul Firma, décide de bombarder le maire du parti des oligarques.
De ‘’Ala Boutef Nayaha Et Alyehi Namout’’ à bonjour monsieur ‘’Glaude’’ votre cimetière est entretenu au parfum, le maire en costume moitié islamiste et moitié moderniste, tente d’offrir une image d’un maire modèle !
Pour les cimetières musulmans de Sidi Benhaoua, et Sidi Mazouz, le parfum est ’’haram’’, un bon coup de balai de la part des associations et Faceboukeurs, et les cimetières passeront en Selfie avec image de profil du maire pour marquer son palmarès. Les fleurs pour vos morts monsieur Glaude, et les herbes sauvages pour nos morts, parce que les fleurs de l’Epic importées d’ailleurs, sont très chères, on ne peut les gaspiller pour quelques sépultures, car, dans nos coutumes on les plante aux abords des voies de passage du wali !
 Moul firma, furieux contre l’état dégradant des cimetières, dira, au maire, que rien n'est encore joué, et les histoires secrètes des maires et leurs relations avec la famille de Bouteflika à Mostaganem, ne font que commencer, levant le voile sur les conventions douteuses passées entre la mairie et le neveu de l’ancien Rais sous table et les projets passés en catimini en faveur des gros ventres.
Dans une commune qui se respecte, le maire reste l'unique ordonnateur pour l'exploitation de l'espace publicitaire de sa commune contre un payement annuel de l'agence de publicité sur la base d'une convention qui lie les deux parties. Mais comme on était dans un pays esclave d’un ‘’cadre’’ ou les affaires se gèrent à coup de téléphone, et le maire est désigné par Moul Cadenas, il n’est pas étonnant de voir le maire et la mairie gérés par le neveu de Bouteflika avec les compliments du député au papillon et la baraka de la Zaouïa du kiwi !   
La commune de Mostaganem, est gérée comme une Sarl, où le maire est devenu propriétaire des espaces publicitaires étatiques qu’il gère à la manière du cirque Amar. Pas question d’appliquer les lois , puisque la seule loi qui existe , c’est servir le clan de l’ancien Rais, représenté à Mostaganem , par son beau-frère, le toubib Benmansour Amine, qui s’est servi lui aussi des walis et a bénéficié d’un terrain de 7000 m2 pour réaliser une station d’essence pour assurer l’avenir de ses enfants au détriment de ‘’Ouled Mestghalim’’, ces pauvres naïfs qui ont élu, un maire, béni Oui-Oui, esclave de ses intérêts au service du téléphone rouge !  La question : qui a autorisé le neveu de Said Bouteflika, le sieur Karim Benmansour d’implanter ses panneaux publicitaires sur le sol de la commune et d’afficher ses spots publicitaires qui lui remplissent les poches par des milliards de cts, sans convention, ni arrêté. L'espace publicitaire relève de l’action économique de la commune, qui est payant et susceptible à une autorisation étudiée selon l’espace et l’emplacement par la commission de l’économie et des finances de l’APC, après le choix du moins disant via un avis d’appel d’offres national lancé ouvert à l’ensemble des soumissionnaires et non pas au bambin de Bouteflika en exclusivité.
A l’heure du Hirak, et le démarrage de la bataille judiciaire ‘’anti Fassad’’, qu’attend le maire pour annuler les conventions de publicité de la société Innomédia, appartenant au neveu de Bouteflika, le jeune Benmansour Karim, sous ISTN, actuellement en fuite à l’étranger et qui fait l’objet d’enquêtes pour corruption et trafic d’influence et détournement de foncier à Mostaganem. Cet enfant du sérail est le fils  de la sœur de l’ancien président, qui à travers ses relations , a pu obtenir les meilleurs emplacements de ses panneaux à Mostaganem et dans d’autres wilayas du pays  et a bénéficié d’un crédit bancaire de 15 milliards de cts et d’1/2 hectare à Ain-Nouissy pour la réalisation d’une unité d’emballage, résiliée dernièrement par le wali  et de 3 appartements F4 à la cité AADL des chemins des crêtes …A suivre  !   

 

Réflexion
Mercredi 26 Juin 2019 - 19:25
Lu 25186 fois
Moul Firma
               Partager Partager

Dans la même rubrique:

Baraka Mranka ! - 15/09/2019

1 2 3 4 5 » ... 39

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-09-2019.pdf
3.7 Mo - 17/09/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+