REFLEXION

Le maire de Mosta dans les bras de Morphée !



Le maire de Mosta dans les bras de Morphée !
Moul Firma, étonné de voir le maire de Mostaganem se confier à un pseudo correspondant journaliste pour répondre au journal Réflexion, alors que son droit de réponse lui est réservé gratuitement sur le journal, sent le parfum d’un ancien élu du FLN qui tente de se faire une virginité, oubliant qu’il y’a quelques années, il était au cœur d’un scandale de gestion. Les affaires des jets d’eau de Blida, les pièces détachées de Feraoun en fuite et l’incendie des magasins du service technique peuvent intéresser les enquêteurs en temps du Mandjal !
 Moul Firma, inquiet de voir le maire plonger dans les bras de la Issaba, lui conseille de revoir sa tactique pour sortir de la crise, car se protéger avec le parapluie de la Issaba , c’est comme plonger dans les bras de Morphée et pire encore, réveiller le diable : (les dossiers suspects de la vente d’Asyl, et les autres locaux , ainsi que les autres dossiers dormants).
A l’image du feuilleton turc du règne de Soleiman Kanuni, le feuilleton APC Mostaganem n’est pas prêt de s’achever et semble prendre une autre tournure plus dramatique, du fait des dernières déclarations publiées sur les réseaux sociaux, liées au P/APC et qui ne font qu’alimenter le conflit et presser l’éclatement du scandale !    
Moul Firma, qui suit de près cette guerre des mots entre les pro-maire et les opposants au su et au vu de tout le monde et avec le silence camouflé du patron des quatre horloges en panne, est convaincu que l’hôtel de ville est devenu désormais un champ d'affrontement entre intérêts élus-maire et les révélations qui se succèdent sur la mauvaise gestion du maire ne tarderont pas à envoyer plusieurs élus et fonctionnaires de la commune devant le juge.   
Le scandale de la facture fantôme de 4 milliards de cts du ‘’LED’’ qui vient d’atterrir sur le bureau de Moul Firma et l’affaire du désistement des 27 villas de la commune au profit de certains employés pour acheter leur silence et l’affaire de désistement d’un lot de terrain au profit d’une dame et l’affaire du de l’octroi de l’ancienne fourrière de la commune de Mostaganem , un hangar de 8000m2 au profit d’un homme d’affaires, ne font que compliquer le quotidien de certains élus et responsables , qui certains d’entre eux  ont été sauvés in extremis de la prison dans l’ancienne affaire de l’APC jugée en 2013.
Moul Firma, ayant mal suite aux différents messages d’élus ‘’d’adolescents’’ sur la toile pour détourner l’opinion publique et la justice sur ce qui se passe à la commune, il confie sa colère au temps, espérant une solution juridique à la crise de l’APC et non à une solution à l’amiable, parce que c’est une affaire de gestion et c’est l’argent du contribuable qui est en jeu. Mais qui sait ? Moul Firma  peut revenir sur ses mots et balancer le tout en public !

 

Réflexion
Dimanche 21 Juin 2020 - 17:40
Lu 4563 fois
Moul Firma
               Partager Partager

Dans la même rubrique:

Silence ! On mange - 24/06/2020

1 2 3 4 5 » ... 54

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 06-07-2020.pdf
4.43 Mo - 05/07/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+