REFLEXION

Le film en couleur de l’Issaba !



Un procès brulant s’annonce, à la barre, Ouyahia et les 40 voleurs, l’information a fait le tour du monde. Les grands medias étrangers, les chaines de télévision locales, les radios, les journaux et même les réseaux sociaux, ils sont tous là pour rapporter l’événement, chacun sa méthode mais tous en course vers l’exclusivité !
 Même les citoyens et particulièrement les plus curieux de voir les visages de ceux qui ont gouverné durant un demi-siècle, et ceux qui se sont enrichis sur le dos du contribuable, ils sont là eux aussi armés de leur iPhone, l’unique arsenal pour mener leur propagande sur Facebook. D’autres, dans leurs maisons, bien assis dans leurs fauteuils derrière les écrans des télévisions, sirotant une bonne tasse de café, savourant une bonne cigarette, pour gouter au plaisir d’apprécier les scènes du procès du siècle et voir le fameux Ouyahia en direct, derrière les barreaux, lui qui , il y’a quelques années avait emprisonné des milliers de cadres pour corruption dans le cadre de sa soi-disant opération mains propres, il est jugé pour le même délit , la corruption. Qui creuse un puits pour son frère y tombera lui-même !
Même si le phénomène ‘’ procès en direct’’ reste bien plus rare pour l’Algérie, le procès des symboles de l’Issaba est aussi un lourd symbole d’une puissante démonstration de l’institution militaire en action pour anéantir cette mafia qui a ruiné le pays et par la même façon officialiser la règle : Nul n’est au-dessus de la loi. Le meilleur cadeau offert aux algériens à la veille de l’élection présidentielle !
Jamais auparavant, dans l'histoire de la justice algérienne, il n'y avait eu autant de mafiosi jugés en même temps. Une cinquantaine d’accusés, la majorité des anciens hauts cadres de l’Etat et des patrons de grandes entreprises.
Sur le banc des accusés, des ex-premiers ministres, ex-ministres, ex-walis et hommes d’affaires proches de Bouteflika, jugés dans des affaires de corruption. Ce procès que les algériens suivent en direct, aujourd’hui, est comparable à ce qu'a connu l'Italie quand la mafia a été démantelée et que les criminels ont été jugés publiquement.
Si la mafia sicilienne, considérée comme une organisation criminelle de trafic de cocaïne, la mafia algérienne demeure encore plus dangereuse que cette dernière. La ‘’Cosa nostra’’ de l’Italie est loin d’être le N°1 de la mafia du monde, puisque l’Issaba algérienne tire sur tout ce qui bouge : l’argent sale, trafic de cocaïne, foncier, industrie et influence du pouvoir.        
Ainsi, le film en couleur de la mafia Algérienne est diffusé sur tous les écrans, gratuitement, en signe de solidarité avec les pauvres qui ont été privés de ‘’Yaourt’’, les mots d’ordre, les appels et les messages tous envoyés aux amis et familles pour voir la fin des héros du film ‘’Issaba’’.
 

Belkacem .B
Mercredi 4 Décembre 2019 - 18:33
Lu 1508 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 14-12-2019.pdf
3.5 Mo - 13/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+