REFLEXION

Le fauteuil oblige



Ne dit-on pas souvent qu’une image vaut mille mots ? Après plus de 2500 ans, cette fameuse expression chinoise s’applique encore à nos fameux élus du 21é siècle.
L’image d’un maire corrompu, un pied à la mairie et l'autre à la prison et l’image d’un élu de l’APW qui bouscule les chômeurs pour s’acquérir d’un poste pour son proche dans le cadre du DAIP, et l’image d’un adjoint au maire qui détourne le couffin de ramadan au profit de ses amis et l’image d’un député qui racole une jeune fille universitaire pour en faire sa deuxième femme…Eh oui, ils sont forcés  le poste oblige !
Ils sont tous là unis pour détrousser le peuple, réunis en image collective pour composer une grande carte postale inédite bien encadré et collée pour cinq années au grand dam du peuple qui  les a choisis , forcé de les supporter encore. C’est aussi l’image d’une fraction de délégués du peuple qu’on ne les voit que dans les officiels, les ‘’méchouis’’ où dans les salons des hôtels.
S’il s’agit d’une invitation à une réception du wali ou d’accompagner un ministre en visite de travail ils répondront tous présents, mais s’il s’agissait d’un appel d’aide de la part d’un citoyen, ils ne sont jamais là.
En effet nous sommes face à un phénomène d’individus dissemblables, vomis par la société, payés à des dizaines de millions et qu’on ne les trouve nulle part quand il s’agit de faire preuve de citoyenneté envers leurs électeurs en détresse. Combien de familles expulsées de leurs maisons  en plein hiver, sont devenues SDF, et combien d’handicapés se sont transformés en mendiants par faute de non-assistance, et combien de veuves se sont converties en prostituées parce qu’aucune main secourable n'est tendue vers elles, et combien de jeunes ont embarqué le cercueil de la mort, tandis que nos députés prennent le Balearia pour l’Espagne.
C’et l’image stupide d’un député qui s’est changé en entrepreneur  pour gonfler ses ressources  bancaires ou de l’égoïsme d’un maire qui court derrière le busines et les filles ou encore le fauteuil de  ‘’Sid Elmir ’’  qui a changé le train de vie d’un simple instituteur, tôlier ou un planton en « monsieur le maire » d’une ville de milliers d’habitants , qui, du jour au lendemain,  devient le premier notable de la ville et négocie des projets de milliards et tranche sur le sort d’une commune  entière.
Ce n’est pas une plaisanterie ou une série turque, mais la réalité crue. Des maires qui trainent derrière eux des casseroles de scandales. Des dizaines sont poursuivis pour détournement et malversation, continuent à chevaucher encore la diligence du développement de leur commune. Jusqu’à quand ?

 

Belkacem
Lundi 18 Juin 2018 - 20:05
Lu 445 fois
Entre Nous
               Partager Partager

Entre Nous | Mots pour Maux | Mosta-Scopie