REFLEXION

Le 1er mai, jour sans fête …



Cette année en Algérie, le premier mai sans fête, ni fleurs, probablement marqué par le mouvement du ‘’Hirak’’ aspirant au changement de tout un système, serait peut-être très loin de l’animation d’autrefois, loin des jolies traditions qui étaient en usage,  loin des défilés des chars fleuris, loin  des marathons, loin des collations, des réceptions et autres célébrations organisées par les syndicats d’antan...
Avec un mouvement du ‘’Hirak’’ qui semble se prolonger pour ne point s’arrêter…, le 1er Mai ne susciterait plus l’intérêt des Algériens, notamment les travailleurs en cette période de transition et de contestations….
Ce jour sans fête ni fleurs serait dédié aux travailleurs algériens dont le pas se franchit peu à peu selon un  rythme qui s’associe probablement avec la conjoncture politique immédiate actuelle que traverse le pays, sans pour autant omettre d’aborder l’épineuse problématique de la lutte contre le chômage, notamment celui des jeunes.
Mémorable, symbole des luttes sociales, des mouvements ouvriers, retenue par les syndicats du monde entier comme journée internationale de revendications et de solidarité, le 1er mai, on  le doit  surtout aux ouvriers américains de Chicago (Amérique 1886.)
 Le 1er mai c’est quand même une fête qui vient rappeler à notre mémoire collective l’importance que revêt le travail dans la vie de chacun individuellement et collectivement, il se veut également être une journée d’hommages aux citoyens manifestants algériens réprimés par la France coloniale il y a 74 ans, une semaine avant les massacres du 8 mai 1945…  
En Algérie, le 1 er mai c’est encore le grand martyr Aissat Idir, un symbole de la lutte armée et la figure la plus marquante du mouvement national et syndicaliste algérien. Le 1er mai, c’est aussi Abdelhak Benhamouda , le chahid l’un de ces grands valeureux nationalistes, qui ont sacrifié leur vie pour l’Algérie ». …
Le 1er mai c’est tous les grands hommes qui ont combattu pour un idéal. C’est pourquoi il convient de les honorer par nos paroles, nos pensées, nos actes, surtout nos prières, par la sauvegarde de notre identité, notre religion, nos coutumes et belles traditions….
En ce jour d’histoire et de réminiscence, le monde du travail Algérien a appris de ces hommes ce qu’il y a de plus beau de plus meilleur entre autres, la sagesse, la grandeur d’esprit, la patience,…. Il a aussi appris à  espérer un avenir plus meilleur  dans un monde plus juste, plus équitable, et de croire à la chance, à la prospérité.

 

B. Adda
Lundi 29 Avril 2019 - 19:51
Lu 562 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-10-2019.pdf
3.62 Mo - 16/10/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+