REFLEXION

Le 0661… hors service



Après une journée fatigante au bureau, insulté parfois par les commentaires des Faceboukeurs qui m’accusent de méchanceté et d’agressivité dans mes écrits, ma dure journée s’allonge avec le bruit des rumeurs des limogeages de certains responsables qui s’annoncent à l'horizon, je sens déjà  le souffle au cœur de certains directeurs et investisseurs de peur de se faire piquer par l’enquête !
Stressé par ce tapage et les non-dits de cette affaire, je craignais toujours le silence des tenues vertes et la discrétion des blouses noires qui n’ont encore rien dit.
 Alourdi par le poids des scandales de certains responsables longtemps gâtés par la ‘’tchipa’’ des heureux entrepreneurs engraissés par l’argent du contribuable et bien défendus par les fils du général limogé, je me souviens encore des convocations du tribunal me notifiant mes accusations envers les intouchables, je me dis à moi-même, la vie nous réserve toujours des surprises, la roue tourne mais pas toujours comme on le voudrait…
Ces gens venus d’Oran , la ville scandalisée par la cocaïne, pour noyer Mostaganem la ville conservatrice par les clubs de nuit et les bars à ciel ouvert avec des agréments signés sous table, et ces petits de quelqu’un qui font main basse sur les dépôts sous douane du port, et ce petit directeur de l’agence foncière  qui détourne nos terres sous couvert et ces ‘’maestros’’ des carrières qui pompent le sable de notre sol sous le contrôle des responsables corrompus , aujourd’hui accrochés à la queue  de la vache cocaïne, je les vois déjà effrayés , avec un visage pâle, enfermés dans leurs bureaux ou dans leurs maisons,  assis, les jambes ramassées et le regard fixé sur la télévision et les réseaux sociaux , surveillants  le fil des infos,  comme un perdu au milieu du désert ou un ‘’harrag’’ naufragé en quête d’un navire .
Disparus de la circulation, mais restent avec leurs téléphones accrochés à leurs oreilles à partager les dernières nouvelles avec leurs familles et leurs amis. Certains, la peur les a déjà hypnotisé au point qu'ils ont cru que leur ‘’Oumda’’ n’est pas fini, et que tout va s’arranger. Réactivant leur répertoire de téléphone pour l’appeler, mais à leur grand dam, le 0661 ne répond plus… il est hors service !
Mais les 07 et 05 des pauvres citoyens répondent toujours et ils sont là toujours connectés pour suivre l’épisode de ce feuilleton de cocaïne qui a mis à nu les scandales de plusieurs responsables et les dépassements des fils d’autres responsables limogés qui ont fait la pluie et le beau temps à Mostaganem à Oran et autres villes du pays. Ils rechargent encore et encore leur crédit pour voir la suite des terrains et des fonciers détournés jusqu’à ce qu’il aura une réponse à sa question précédente : Pourquoi n’y a-t-il pas eu l’ouverture d’une enquête sur les détournements de terrains à l’agence foncière, aux Sablettes à Hadjadj et au port de Mostaganem… parce que le fils de Spartacus était bien là !  

 

Belkacem
Vendredi 29 Juin 2018 - 21:52
Lu 647 fois
Entre Nous
               Partager Partager

Entre Nous | Mots pour Maux | Mosta-Scopie