REFLEXION

La peine de mort, qui est pour ? qui est contre ?



L'abolition de la peine de mort, serait une avancée majeure de l'humanisation de la société » en Algérie, quoique celle-ci n’est plus appliquée depuis 1993, et ce malgré les condamnations prononcées par les tribunaux algériens jusqu’à ce jour. Pourquoi donc a-t-il fallu attendre si longtemps pour demander son abolition en Algérie, c’est une question pertinente qui l’on ne peut expliquer. La peine de mort, est une sentence des plus inhumaines, et pour la ligue des droits de l’homme il est essentiel de mener le combat contre la peine de mort, qui est appliquée encore aujourd'hui dans de nombreux pays. La semaine dernière, une rafale d'exécutions est venue nous réveiller, deux aux États-Unis, un adolescent pendu en Iran, un homme décapité au sabre en Arabie Saoudite et, sans doute, combien d'autres inconnus, notamment en Chine qui semble battre aussi des records en ce triste domaine. Heureusement, malgré tout, la peine de mort recule dans le monde. Ainsi, depuis vingt ans, quarante-neuf pays l'ont abolie, ce qui porte le nombre des pays où la peine de mort n'existe plus à quatre-vingt-seize. Cependant, on ne sait pas si, finalement, le nombre des exécutions diminue, car certains États procèdent encore à des exécutions de masse. Certains, comme le président Mitterrand qui avait été partisan de cette peine et qui durant la guerre d'Algérie avait, en tant que garde des Sceaux, approuvé de nombreuses exécutions, aura changé d'attitude, lors de sa première candidature aux présidentielles de 1981 .Aujourd'hui, ce qui fonde essentiellement, le refus de tous de voir appliquer un tel châtiment, n’est qu’une conviction portée par chaque personne, car au fond de nous même voir l’abolition de la peine de mort dans notre pays, apparait comme une petite veilleuse qui luit plus ou moins faiblement. C'est cela qui fait de chacun de nous des êtres humains. Nous ne savons peut-être pas exactement ce que c'est, mais nous pensons que cette lumière, si faible puisse-t-elle être, est la source de notre humanité qui nous empêche de la cautionner. Nous estimons aussi que nul ne peut se permettre d’éteindre, cette lueur d’humanité, et à l’occasion de la journée mondiale de la peine de mort, tous revendiquent cette abolition, qui en un sens est un appel à la « Rahma » que chacun de nous attend, surtout du président de la République.

Réflexion
Mardi 11 Octobre 2011 - 10:43
Lu 443 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+