REFLEXION

La parlotte aux frais de la princesse, est finie !



Finalement, la fin  de la parlotte aux frais de la princesse, décidée par le ministère des finances n’est  que salutaire pour le trésor public saignée à blanc par certaines assemblées populaires communales et de wilaya qui usaient et abusaient du téléphone. Certains élus, toute honte bue, ne se gênaient d’avoir de longues conversations qui duraient des heures, juste pour le plaisir de parler. D’autres exagéraient largement et se livraient, pendant d’autres longues heures, a communiquer sur le dos du contribuable avec  les proches vivant à l’étranger. Quelques  autres conseillers n’hésitaient  point  à passer  la nuit, après les heures de travail, collés à l’appareil, sous le prétexte d’étude de dossiers ou autres tâches.  De telles pratiques si indignes de la part de ces élus du peuple, ont fini par alourdir  les factures d’abonnement au téléphone  et  certaines de ces dernières dépassaient largement les 10 millions au bimestre ! Cette exagération a fini à son tour par nuire aux maigres recettes de certaines APC, dont certaines ne parvenaient que difficilement à honorer les salaires de leurs employés. La décision du ministère des finances  de ne point  payer les factures téléphoniques des maires et des élus, ne parait  que venir mettre un terme à l’utilisation abusive du téléphone qui  ne se destinait  plus au service public, mais beaucoup plus l’intérêt personnel des élus !  Cette si bonne initiative ne s’inscrit que le cadre de l’austérité décidée par le gouvernement pour mieux rationnaliser les dépenses publiques, et mettre une fin à la gabegie sévissant  au sein de certaines APC  ou les élus ne font que ruiner le trésor public  de dépense inutile a une autre. Donc, le privilège des factures téléphoniques payées n’existera plus pour les élus des assemblées populaires communales et de wilaya, pour éviter les dépenses et les surcharges dont souffrent les caisses de l’état. Sa fin ne s’inscrit que dans une démarche de dépenses plus sages et plus étudiées sur tous les niveaux. Notons a ce sujet que gouvernement a du puiser dans ses caisses pour payer les 1000 milliards de dettes accumulées au cours de cette année par les APC et autres organismes qui n’ont pas pu  payer les factures d’électricité.  En conclusion, les budgets de ces organismes seront désormais sous la loupe, afin d’éviter les dépenses excessives et tant d’autres dépassements.

L.Ammar
Samedi 13 Octobre 2018 - 18:33
Lu 902 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 13-12-2018.pdf
2.92 Mo - 12/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+