REFLEXION

La fuite des capitaux, à outrance



Finalement, le phénomène des fuites de capitaux tend à  s’accentuer ces derniers mois et la proportion qu’il prend inquiète et interpelle en même temps, car près de 5 millions d’euros ont été saisis du mois de juillet au mois d’Octobre  à l’aéroport d’Alger, d’Oran et au niveau du des poste frontaliers du pays  dans différentes tentatives de transferts illicites de devises vers l’étranger. Les destinations  de  ces devises sont dans la majorité des cas  demeurent la Turquie, la Tunisie et l’Espagne, où certains Algériens disposent de tant de biens immobiliers et autres fonds de commerce. Pour ce faire, des jeunes, plus connus sous l’appellation de «pilotes», demeurent  ciblés par des affairistes, ils sont recrutés pour le transport de l’argent vers ces destinations. Les enquêtes des services de sécurité ont fait ressortir l’implication de certaines agences de voyages dans ce trafic en chargeant de «faux» touristes d’acheminer de petites sommes, notamment durant la saison estivale, mais le renforcement du dispositif sécuritaire au niveau des aéroports, ports et postes frontaliers a permis de déjouer plusieurs tentatives. De leur côté, les services des douanes ont enregistré pas moins de 60 millions d’euros qui ont quitté le pays en 2017 sans que cela soit traduit par des marchandises et des biens.  Quant à la direction du contentieux relevant de la même direction a signalé 1.700 contentieux entre 2015 et 2017, concernant des affaires de transferts illicites d’argent et d’infractions commises par des entreprises publiques, privées et étrangères. Le trafic de devises demeure aggravé davantage par plusieurs opérations d’importation sont suspectées, et  à ce jour  plus  de 200 hommes d’affaires font  l’objet d’enquêtes relatives aux fraudes et au transfert illicite de devises.  Pour la cellule des services de renseignement du ministère des finances, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et le contrôle de la circulation du capital, son dernier bilan fait état de plus de 1000 affaires traitées depuis 2017. Face au drame fiscal qui ne fait que multiplier les agressions contre l’économie nationale qui a tend de mal a reprendre son souffle, il est temps pour que de nouvelles mesures de contrôle rigoureux s’impose aux multiples point de départ de ces fortunes ,préférant s’investir à l’étranger, mais d’une manière si illicite et sans le moindre bénéfice pour le trésor public !

L.Ammar
Mercredi 24 Octobre 2018 - 18:18
Lu 736 fois
Edito
               Partager Partager

Dans la même rubrique:
1 2 3 4 5 » ... 230

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 08-12-2019.pdf
3.51 Mo - 07/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+