REFLEXION

La fin des haricots pour les députés corrompus !



La fin des ‘’haricots" pour certains députés et autres bambins de ministres et chefs de partis politiques. Tombés en banane trois députés et deux fils de hauts responsables sont cités dans l’affaire du ‘’Bouchi ‘’ et qui risquent de se séparer du domicile de luxe de leurs papounets pour passer de longues années dans le cachot pour tenir compagnie à l’escobar d’Algérie qui les a longtemps gâté !
Dans la foulée des limogeages de puissants généraux, et des hauts responsables, impliqués d’avoir côtoyé les affaires florissantes du milliardaire de Palestro, les investigations en cours dans l’affaire des 701 kg de cocaïne révèlent l’implication de trois députées.
Pris de panique, après qu’on ait chuchoté dans leurs oreilles que des noms de députés circulent dans les bureaux des enquêteurs, ils tentent d’utiliser le ‘’véto parlementaire’’, les majestueux parlementaires ont boycotté la cérémonie de l’ouverture de la session parlementaire ordinaire la semaine dernière , sous prétexte de soutenir leur collègue, le sénateur corrompu de Tipaza, Malik Boudjouher, arrêté, le mois dernier en flagrant délit de corruption d’une somme de cinq cent millions de cts, actuellement en prison. Ainsi, fourrés dans une galère, ils mettent leur immunité aux enchères pour sauver leur peau.
L’annonce des Trois députées impliquées dans l’affaire de la Coke, citée par plusieurs sources médiatiques qui révèle l’implication de deux députées du RND et d’une députée du FLN, soupçonnées d’avoir bénéficié d’avantages de la part de Kamel Chikhi, principal accusé dans l’affaire de la cocaïne tombe à pic avec les déclarations du ministre de la justice  qui a déclaré le 9 septembre en marge de sa visite à Tindouf que : «nul n’est au-dessus de la Loi», annonçant même la création  d’un pôle judiciaire spécialisé dans la  lutte contre la corruption . Ce qui veut dire que les députés et responsables qui ont mangé à tous les râteliers de Kamel le boucher devront cracher.  
Cependant, devant ce phénomène de corruption qui prend de l’ampleur au niveau de cette institution parlementaire élue pour défendre les intérêts du peuple, l’Etat, conscient de cette fameuse immunité qui fait barrage à l’audition du parlementaire , a donné l’exemple que rien ne pourra bloquer la justice, en emprisonnant le sénateur corrompu qui nargue avec son immunité.
A en croire ceux qui s’engueulent pour défendre l’indéfendable, le pouvoir vient de donner une belle leçon aux élus corrompus, que l’immunité parlementaire peut être un obstacle aux actions de la justice.
Cette histoire d’immunité qui a longtemps servi aux malhonnêtes élus du peuple pour s’enrichir et se noyer dans le busines a fait des dégâts dans le pays, ou plusieurs affaires de mauvaises gestions et de corruptions, dont étaient impliqués des députés et sénateurs, ont été mis à l’ombre !    
Rappelons –nous de la scandaleuse affaire des docks qui a éclaté en 2017 au niveau du port d’Oran et qui a causé des pertes considérables à l’OAIC estimés à quelque 15 millions de Dinars, dont sont impliqués cinq syndicalistes et député d’Oran, et qui n’a pas vu le jour. Citant également la scabreuse affaire de corruption de l’ancienne députée du FLN, Salima Athmani , exclue par Ould Abbés du bureau politique, après son implication directe dans une affaire de pot de vin. Cette affaire de bakchich d’un milliard de centimes qui a éclaté lors des dernières législatives n’a jamais eu de suite malgré le témoignage du plaignant appuyé par des documents.

 

Belkacem
Mardi 11 Septembre 2018 - 20:15
Lu 1815 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-12-2018.pdf
3.1 Mo - 16/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+