REFLEXION

La faillite du FIS



L'islamiste Abassi Madani, basé au Qatar, a appelé ce qui reste de ses sympathisants à boycotter les élections législatives du 10 mai, organisées selon lui par un président illégitime.  « Les Algériens sont appelés clairement et franchement à boycotter les élections du 10 mai » a écrit Abassi Madani dans un communiqué, co-signé par son adjoint, Ali Belhadj, d’où on ignore comment il a pu signer ce communiqué vu que des kilomètres les séparent .  « Participer à ces élections, c'est faire perdurer la crise et rater une autre occasion pour un changement réel auquel aspirent tous les Algériens épris de paix", ajoute-t-il. Drôle d’expression de la part d’un personnage que la paix civile ne l’arrange pas  Il a qualifié d’illégitime le président de la République, et que les réformes promises par celui-ci aux Algériens sont de pure forme, improvisées dans la foulée du mouvement révolutionnaire dans le monde arabe. Abassi Madani a la mémoire courte, le président qu’il critique a été élu avec plus de 75% des suffrages et il bénéficie d’un consensus inégalable dans l’histoire de l’Algérie indépendante .  Les autorités algériennes ont demandé pour les législatives de mai, organisées dans le cadre des réformes politiques menées sous l'égide du président Abdelaziz M. Bouteflika, la présence d'observateurs étrangers, notamment de l'Union européenne, de la Ligue arabe et de l'Union africaine, pour assurer la transparence du scrutin. De nombreuses accusations de fraudes ont régulièrement entaché les élections organisées en Algérie, qui se pose aujourd'hui comme un pays réformiste face aux revendications populaires qui ont emporté plusieurs régimes dans le cadre du Printemps arabe. Abassi Madani, qui vit depuis des années au Qatar, est la nouvelle marionnette de l’émir du Qatar. Son mouvement, aujourd'hui dissous, est  à l'origine de la vague de violences qui a éclaté dans le pays après la suspension du processus électoral en 1992. L’émir du Qatar espère l’utiliser pour faire pression sur l’Algérie et espérer qu’elle change les positions de sa diplomatie surtout pour les dossiers Libyen et Syrien.

Réflexion
Mercredi 14 Mars 2012 - 11:47
Lu 716 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+