REFLEXION

La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation



La chaîne de télévision privée El Hayat, appartenant au journaliste Habet Hannachi,  a diffusé, samedi, un «urgent» faisant état de l’arrestation, vendredi à Bouira, d’un jeune de 29 ans en possession de 3000 comprimés psychotropes.  Selon la chaîne, qui ne se réfère pas à un communiqué de la gendarmerie ou de la police, «le jeune aurait avoué qu’il transportait la marchandise prohibée à un responsable du RCD». Dix minutes plus tard, la chaîne fait un rectificatif, tandis que la polémique commence à enfler sur les réseaux sociaux. El Hayat affirme alors que «le jeune en question n’a pas parlé d’un responsable du RCD, mais les psychotropes étaient destinés à de jeunes habitants à proximité du siège régional d’Alger de ce parti». Elle présente alors des excuses au RCD. Le rétropédalage se poursuit. Quelques minutes après, le média fait une nouvelle rectification de son «information» pour dire que «finalement la marchandise devait être écoulée auprès des jeunes manifestants qui passaient des nuits dans le siège du RCD». Aussitôt, d’autres chaînes de télévision, faisant certainement dans le plagiat, reprennent la première version donnée par El Hayat sans fournir aucun effort de vérification de l’information, comme l’exigent les règles du métier. La réaction du parti ne s’est pas faite attendre. Sur les réseaux sociaux, plusieurs responsables et cadres du RCD, dont son président Mohcine Belabbas, ont dénoncé «cette campagne abjecte». «La sale campagne confiée à des médias connus pour leur allégeance au pouvoir n’est pas menée à son terme. Quelques minutes seulement après la diffusion de l’information, ces médias se sont empressés de faire des rectificatifs de cette information reçue de la police politique», écrit Mohcine Belabbas dans un post sur sa page Facebook, tout en diffusant «la fameuse phrase envoyée à ces médias» pour servir d’un «3adjil (urgent)» habituel pour ces chaînes. Dans un communiqué rendu public, le parti revient sur cette histoire qu’il qualifie de «campagne médiatique de dénigrement et d’accusations aussi grotesques que farfelues». Affirmant avoir pris «acte des excuses publiques publiées par un de ces médias inféodés aux clans du pouvoir», le RCD dénonce «l’ingérence de la police politique dans la vie publique». Il annonce aussi «le dépôt de plaintes contre tous les médias ayant relayé l’accusation, afin de tenter de démasquer les véritables commanditaires d’une telle campagne de diffamation».

Réflexion
Lundi 24 Février 2020 - 16:11
Lu 818 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 09-04-2020.pdf
4.71 Mo - 08/04/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+