REFLEXION

La Suisse demande que l’Algérie reprenne ses délinquants



Près de 200 ressortissants algériens sont impliqués dans des actes de vols enregistrés dans le canton francophone suisse, Neuchâtel, rapportent plusieurs médias locaux citant des sources policières. Selon le site Algérie 1, le littoral neuchâtelois a enregistré un pic de délinquance cet été avec 580 vols, dont certains avec violence et une opération de la police a permis de  recenser 189 individus, dont les deux tiers sont récidivistes. Un officier de la police judiciaire Neuchâtel a précisé qu'"un auteur compte 27 affaires à lui tout seul" avant de souligner que "la grande partie des délinquants provient d'Algérie". Le conseiller d'Etat en charge de la sécurité, Alain Ribaux a même appelé à faire pression "sur le gouvernement algérien pour qu'il reprenne ses délinquants". Il a expliqué que "la proximité du centre d'asile de Perreux explique une partie des cas seulement car un certain nombre de délinquants appréhendés n'étaient pas enregistrés comme requérant". Le pic des infractions est intervenu à mi-juillet avec 88 cas durant la semaine. Le nombre de vols avec violence s’est élevé à 42 sur le mois de juillet, contre quatre cas en moyenne mensuelle les quatre années précédentes. Dans le détail, 580 vols à la tire, à l’arraché, à l’astuce, par effraction ou par brigandage, ont été enregistrés depuis juin, dont les 80% sont dus à ce phénomène. L’opération a nécessité la présence de 229 policiers engagés sur le terrain. Elle a été rendue difficile «de par la violence des auteurs et par le contexte délicat avec le mouvement Black Lives Matter où la police pourrait être accusée de commettre des discriminations et de s’acharner sur des communautés», a expliqué Pascal Lüthi, commandant de la police neuchâteloise. «Face à l’attitude odieuse des délinquants, la police a agi avec un sang-froid et un professionnalisme remarquable», a ajouté Alain Ribaux. Dans le détail, 88 ordonnances pénales ont été rendues, dont 38 avec peines privatives de liberté fermes. Pour les cas les plus graves, onze affaires sont en cours d’instruction et cinq détentions préventives ont été ordonnées. Une dizaine d’ordonnances pénales a aussi été remise pour des mineurs. L’identification des suspects n’a pas été simple. «Sur 36 recherches pour des mineurs, 18 ne l’étaient pas. Certains étaient français et se faisaient passer pour des Algériens», a expliqué Fabio Benoît.

Réflexion
Mercredi 26 Août 2020 - 16:27
Lu 1291 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 23-09-2020.pdf
3.28 Mo - 22/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+