REFLEXION

LETTRE OUVERTE AU WALI D’AÏN-TEMOUCHENT : BENI-SAF : Une immersion dans un panier de crabes



Monsieur le Wali,
Au 1.9.2020, vous êtes désignés à la tête de cette wilaya.
Dépendant de votre compétence, je suis le chef-lieu de daïra et je me nomme “BENI-SAF, je n’accuse pas, je dénonce ! “
Aussi, dans ce cadre, et en toute courtoisie et avec respect, je vous laisse, 4 mois pour en faire vôtre, l’important enjeu, qui est de redresser mon ossature, mon territoire, de relever mon corps inerte.
Ces 4 mois de grâce, se répartiront de la façon suivante :
Le premier mois sera pour vous installer, prendre connaissance des affaires en cours, reconnaître le terrain, mettre en place les “garde-fous ”, placer les “ baroudeurs “ aux points stratégiques, et donner les “ armes ” nécessaires aux Incorruptibles, qui n’auront à rendre compte qu’à vous et à personne d’autre.
Les trois mois suivants devront être suffisants pour me faire nettoyer, au sens propre et figuré, me laver de ces ignobles souillures, me faire une peau neuve, à la hauteur de mon prestige, de mon élégance, de ma prestance et de ma beauté.
Oui monsieur le wali, je suis tout ça ! Vous le constaterez de vous-mêmes et vous vous demanderez pour quelle raison, j’ai été injustement répudiée.
J’ai été salie, humiliée, discréditée, mon image de marque détruite, abandonnée par tous vos prédécesseurs, qui n’ont pas mesuré mon importance dans votre wilaya, par rapport à mon attractivité hélas, perdue depuis plusieurs années.
Vous aurez comme action prioritaire l’amélioration du cadre de vie de la population qui vit sur mon sol, et qui souffre sans faire trop de vagues, car ce sont des gens pacifiques et hospitaliers.
Avec votre équipe, il vous est demandé de casser cette affreuse spirale de médiocrité, d’incompétence et de laxisme dans tous les domaines d’activité.
Il vous faudra travailler beaucoup, traiter les questions prioritaires, et les problèmes, quartier par quartier, et donc lancer, à mon sens, une bénéfique campagne de restauration de qualité, pour que je puisse enfin, respirer normalement et donner naissance à de la verdure, à des plantes, à des fleurs, à une résurgence du bien-vivre, de l’espoir à mes jeunes, qui sont malmenés, perdus dans le dédale de la bureaucratie et du mépris, hélas aujourd’hui installé partout et dans tous les secteurs . Je voudrais aussi donner la paix et la tranquillité pour les plus âgés.
En ma qualité de chef-lieu de daïra, je sais que dans sa région, le wali, fonctionnaire stratégique, jouit des pouvoirs presque présidentiels. Il est puissant et non responsable devant la représentation populaire.
L’affectation des projets sectoriels, le contrôle des dépenses, le suivi de l’exécution des investissements publics, l’évaluation de la qualité de travail fourni et la veille au respect des délais de réalisation, toutes ces missions relèvent de vos prérogatives en tant que patron de la wilaya. Je vous avouerai que mon territoire, ils sont rares pour ne pas dire inexistants, les investissements publics ou autres projets. Depuis des décennies, je ne bénéficie plus de la distribution de la richesse du pays. Je vous disais, plus haut, être hélas bien abandonnée.
J’espère qu’avec vous, je bénéficierai des retombées des dotations et des subventions de notre Etat, à mon échelon de daïra.
Je ne veux pas vous embêter quant au maintien de l'ordre public et de la sécurité des personnes et des biens. Cela aussi est votre charge d'assurer la sécurité de mes habitants notamment en traitant d'urgence, cette catastrophe qu’est le rejet continuel, jour et nuit, de la poussière de la cimenterie, qui pollue depuis près de quarante ans, mes terres et ma faune ainsi que ma flore.
C’est vrai aussi que c’est une énorme responsabilité que de veiller à la santé environnementale de la wilaya en faisant contrôler les installations des industries dangereuses ou polluantes, mais il y a aussi, et la délivrance des permis de construire. Sur ce sujet j'ai plein de choses à dire.
Le respect du patrimoine culturel de la wilaya, protéger les monuments historiques et les sites remarquables que je préserve sur mon dos, depuis des millénaires, avec des vestiges qui ne demandent qu’à être classés.
Pour le cas, vous aurez en charge ma demande concernant le site de la “Tour Maure “ du roi Siga, roi que j’ai hébergé sur ma plage dite de la “Marmite “, avec ses cavaliers, ses cargaisons de marchandises, ses soldats, pour faire face à ses ennemis, qui voulaient me conquérir et me dompter.
J’aurai dû me laisser faire, au lieu de faire la maligne, puisque sur ces espaces historiques, “ on “ a cassé mes gros blocs de pierres, fouillé dans mon ventre, et creusé des fondations pour construire un Complexe de villégiatures, de restauration et d’hôtellerie, et en plus la jolie plage de la “ Marmite “ m’a été prise. Elle est devenue privée, réservée à ceux qui en ont les moyens, fermant les accès à celles et ceux qui ne peuvent y accéder, les pauvres chéris.
Je leur ai dis que ce n’était pas ma faute et que je n’y pouvais rien, car détruire un site historique, faut avoir bien des relations, à haut, très haut niveau.
Vous savez, j’ai tellement de choses à vous raconter, tant de choses à vous demander, tant de questions à vous poser, tant de problèmes à citer, tant d’affaires douteuses à ressortir, tant de dossiers notamment en ce qui concerne les permis de construire et les extensions et autres aménagements illicites. Tant et tant de sujets à traiter.
Mon message reste néanmoins clair, puisque j’ai espoir en votre arrivée à la tête de cette wilaya, en un homme providentiel pour ma survie, pour mon essor, pour mon développement, à fortiori puisque je me connais très bien et que, par conséquent, je peux m'avancer à dire, que j'ai en moi, dans mon ventre, dans mes entrailles, et à l'air, (hélas pas trop libre ), des potentialités aussi certaines qu’évidentes, et cela depuis très, très longtemps, mais vos prédécesseurs ne se sont pas rendus compte de ma beauté et de mes atouts. J’étais prête à les laisser tomber amoureux de moi, mais hélas, ils ne regardaient pas de mon côté.
Bon le passé est passé, il est parti et ne reviendra pas.
Il faut tourner la page de cet ancien système qui m’a laissé sur la touche, sur le carreau, en bord de route. Je voulais partir vers la modernité et l’expansion économique, sociale et culturelle.
Il est donc temps de remettre de l’ordre là où le “chaos” a été répandu sur mon territoire.
Oui, il va falloir combler les lacunes de vos prédécesseurs. Je ne veux pas vous parler des maires, car j’ai un tsunami de lacunes et un nombre incalculable de dérives, de médiocrité et de laisser-aller, à citer.
Vous m’apparaissez sympathique, je vais vous laisser fouler mon sol, rouler sur moi, même vous porter sur mon dos, et donc j’ai confiance, mais sans vous menacer, ni vous faire du chantage, je peux vous dire, que si aucune décision de grande ampleur, n’est prise dans le sens de ma supplique ci-dessus, je vous dégrade et vous retire ma confiance et ma sympathie.
Par contre, dans le cas contraire, ce que je souhaite fortement, je vous décernerai, dans quatre mois, le 1er janvier, le tout premier prix de “ Bâtisseur 2021”.
Voilà, à vous de jouer. Vous marquerez de votre main, de vos pieds, mon riche sol, mon sable d'or, mes paysages, ma mer d'azur, et vous laisserez ma population dire du bien de vous, de votre nom et votre passage ici, chez moi, restera une marque concrète de la bonne gouvernance et de l'esprit patriotique pour un développement d'envergure.
Restant votre obligée, je vous souhaite la bienvenue, la santé et la force pour redresser l’ensemble, remettre sur rails les wagons laissés pour compte, mais aussi remettre “le monde béni-safien “ au travail.
Ce premier septembre, finies les vacances. C’est la rentrée, la rentrée des "classes", avec beaucoup de pain sur la planche.
Bien cordialement, bon courage et bonne chance pour votre parcours dans cette haute, louable et formidable fonction. Inch Allah de succès en succès !
Signé :
“ Beni-Saf c’est mon nom ! Je n’accuse pas, je dénonce ! ”Fait sur mon territoire ce mardi 1.9.2020

 

Mohamed Seghiouer
Vendredi 4 Septembre 2020 - 17:31
Lu 283 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma