REFLEXION

LES CITOYENS INTERPELLENT LE WALI D'ORAN ET RECLAMENT UNE ENQUETE : Des espaces verts détournés à Bir El-Djir

Le détournement des assiettes devant abriter des aires de jeux et de détente se poursuit à Oran. Deux de ces dernières sises au quartier d’El Akid Lotfi, relevant du territoire de la commune de Bir El-Djir, viennent d’être attribués à deux entreprises privées pour la réalisation d’un siège d’un média et pour la promotion immobilière. Ce bradage a fini par déclencher l’ire des citoyens qui interpellent le wali et exigent une enquête sur ces détournements abusifs.



Les détournements des terrains devant abriter des aires de détente et de loisirs notamment des jardins et aires de jeux  ont été détournés de leur vocation initiale pour se transformer  par une bande de mafia bien organisée avec la complicité de l'ex maire de la commune de Bir El Djir actuellement sous détention préventive à la prison d'Arzew. En effet, ces  espaces verts ont été morcelés en lotissement et assiettes de terrain urbanisable, notamment en coopératives immobilières, ont été revendus au prix fort par des cadres de la wilaya et élus locaux pour ne pas citer de nom. Par ailleurs, l'on nous informe l'attribution de deux  projets mais surtout deux  terrains à El Akid Lotfi à Oran-Est ont  suscités la polémique chez les habitants du quartier résidentiel Akid Lotfi .Les résidents du quartier viennent de dénoncer ces attributions arbitraires des assiettes de terrain conçus pour abriter des projets d'utilité publique, ont fait l'objet de détournement de leur vocation initiale, notamment des jardins et espaces verts pour se transformer  en hôtels et autres promotions immobilières, du fait que ces deux assiettes ont été attribuées à deux entreprises privées, en l'occurrence, SARL Access et Sarl BCIHF, pour servir d'assiettes d'un projet de siège d'un média pour le premier et d'une promotion immobilière pour la seconde, a-t-on indiqué de même source. Les habitants évoquent ainsi «des pratiques illégales que certains privilégiés ont réussi à imposer en mettant leur mainmise sur le foncier public. Une entreprise menée sous le couvert de projets, qui parfois ne sont que de simples prétextes pour justifier ces détournements».Les habitants d'El Akid Lotfi ,«s'offusquent du non-respect  des pouvoirs publics des recommandations du POS (Plan d'occupation du sol), instrument d'urbanisme qui fait figure de loi, et qui confirme pourtant la vocation d'espace vert au terrain controversé ». Autre anomalie et non des moindres : les riverains affirment que des installations hydrauliques d'envergure faisant partie du projet MAO se trouvent dans le sous-sol dudit terrain ce qui le rend «inconstructible». A ce propos, ils affirment même que le terrain en question avait été attribué à une société nationale à la faveur d'un arrêté du wali d'Oran. Une décision finalement annulée, comme par miracle. Une entreprise menée sous le couvert de projets, qui parfois ne sont que de simples prétextes pour justifier ces détournements». Les habitants d'El Akid Lotfi, réclament l'ouverture d'une enquête et appellent la justice à mettre toute la lumière sur les abus auxquels le foncier oranais a dû faire face depuis des années.

Medjadji Habib
Mardi 28 Mai 2019 - 18:58
Lu 774 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 28-09-2020.pdf
3.34 Mo - 27/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+