REFLEXION

LES ASSOCIATIONS TIRENT LA SONNETTE D’ALARME : Plus de 30.000 diabétiques recensés à Oran

Le nombre de malades atteints du diabète augmente d’une année à l’autre dans la wilaya d’Oran. Les associations des diabétiques de la wilaya viennent de tirer la sonnette d’alarme, en comptant près de 30 000 diabétiques adhérents sans prendre en compte les malades non-adhérents qui se comptent en milliers de personnes touchées par ce mal, toujours en une progression si inquiétante.



Pis encore, le mouvement associatif tire la sonnette d’alarme quant à la prise en charge de cette catégorie, notamment les enfants diabétiques qui sont livrés à eux-mêmes et pointe l’absence d’une politique efficiente d’égalité qui leur permettra de bénéficier d’un climat favorable pour leur insertion dans la société au même titre que leurs camarades en bonne santé. Telle était la thématique qui a été constatée par nos soins dans cet établissement de l'EPSP du front de mer où est affiché dans une feuille 21/27 les journées des visites médicales avec les horaires et la journée de la visite médicale du lundi soit une fois par semaine et pendant 03 heures, et à savoir si l'agent de l'accueil vous laisse accéder au pallier supérieur pour se renseigner auprès des médecins chargés de l'accueil des patients. Les parents quant à eux, ont du mal à accepter à ce que leurs enfants soient atteints d’un diabète (type1 ou bien 2). «C’est un véritable cauchemar que j’ai vécu. Je n’arrive pas à imaginer que ma fille était atteinte d’un diabète type2. C’est très difficile pour moi. Je me souviens quand son pédiatre m’avait annoncé cette nouvelle, en arrivant à la maison, je n’arrivais pas à fermer l’œil de toute la nuit», lance  Khadidja, une jeune maman d’une fille diabétique âgée de 09 ans rencontrée au niveau de cet établissement. Idem pour Sid Ahmed un quadragénaire, père d’un garçon diabétique qui nous a raconté son parcours d’un papa qui assume sa responsabilité paternelle avec bravoure. «Certes qu’au début, c’était très difficile de savoir et d’admettre surtout que mon fils soit diabétique». «J’ai fait le parcours du combattant moi et sa maman, mais aujourd’hui nous acceptons sa pathologie et ce, grâce aux séances psychologiques auxquelles nous avons assisté et grâce à l’entraide de notre entourage familial». Dans le même sillage, nous avions essayé de voir avec le médecin chef Mme Mahmoudi par l'intermédiaire de sa secrétaire ,une fois annoncé, je me suis présenté en ma qualité de journaliste, elle m'a laissé attendre plus de 30 minutes dans le hall des escaliers, a fait entrer ses amies dans son bureau sans se  soucier de ma personne , ce qui m'a permis de constater de visu l'anarchie et la mauvaise organisation qui règne  dans cet établissement spécialisé du traitement et la prise en charge des diabétiques . Par ailleurs, l'on nous informe que les associations n'arrivent plus à prendre en charge,  seules l'ensemble des enfants diabétiques, qui selon eux,   déplorent le manque de moyens de base et de subventions allouées par les autorités locales pour la prise en charge efficiente de ces enfants diabétiques. «Nous avons besoin d’enveloppes budgétaires conséquentes pour la prise en charge de ces enfants, mais aussi pour l’organisation d’évènements qui leur seront dédiés, comme les journées de sensibilisation ou de dépistage» nous a indiqué un membre d'une association qui a préféré garder l'anonymat. D’après lui, leur association fonctionne avec les cotisations des adhérents, les dons des bienfaiteurs et des sponsors. Ce qu’il qualifie d’insignifiant par rapport aux besoins de ces malades. «Il faut que les autorités locales multiplient leurs efforts pour mettre à la disposition des enfants tous les moyens adéquats pour une meilleure prise en charge thérapeutique».Selon les informations recueillies auprès des patients, plus de 55 cas de diabète et 57 autres de HTA ont été dépistés durant le mois de Ramadhan.

Medjadji Habib
Samedi 8 Juin 2019 - 18:57
Lu 356 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 16-09-2019.pdf
3.53 Mo - 15/09/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+