REFLEXION

LEGER REBOND DES CONTAMINATIONS AU COVID 19 : Le ministre de la Santé écarte le retour au confinement

La hausse, ces derniers jours, des cas positifs de Covid-19, dépassant le chiffre de 200 personnes par jour, fait réagir dimanche le ministre de la Santé publique qui explique ce rebond par "un relâchement dans l'application des mesures barrières de la part des citoyens, notamment le port du masque dans les lieux à forte densité de population comme les marchés".



En effet, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Pr Abderrahmane Benbouzid, a écarté, dimanche à Alger, le retour au confinement pour certaines wilayas, conséquemment à la hausse des cas de contaminations au Coronavirus (Covid-19), excluant une "2ème vague" de l’épidémie car, selon lui, la situation est "tout à fait admissible". "Nous n’allons pas décider de reconfiner à nouveau. Avec plus de 200 cas, nous sommes toujours dans une situation tout à fait admissible pour les épidémiologistes. Nous n’en sommes pas à des milliers de cas avec des foyers très denses et graves ! ", a affirmé le ministre sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale. Si l’évolution de la situation n’a pas atteint un stade de "dangerosité, rien n’est, toutefois, écarté si un foyer éclot et qu’il y a risque de diffusion", a-t-il tempéré, considérant que "le bon sens exigerait alors de revenir à un durcissement du confinement dans les régions les plus infectées". Le Pr Benbouzid a, en outre, estimé que la hausse des contaminations enregistrée ces derniers jours ne signifiait pas qu’ "il y aura une seconde vague" de l’épidémie. "C’est trop tôt pour l’affirmer, la courbe est en train d’évoluer en dents de scie, et c’est cela les courbes des épidémies !", a-t-il explicité. Tout en se félicitant de "la tendance baissière et des chiffres satisfaisants" constatés récemment, l’hôte de la radio a insisté sur l’importance de "préserver cet acquis qui a fait de l’Algérie l’un des pays ayant réussi à maintenir cet état", conviant, néanmoins, la population à "la prudence" en s’en tenant aux mesures barrières, "en particulier le port du masque". "Le virus est mondial et a coûté la vie à des dizaines de milliers d'individus. Le risque est permanent et le relâchement est dans la nature humaine lorsqu’on croit que l’ennemi a baissé la garde. D’où le risque de développement, de temps à autres, de foyers qui vont éclore ! ", a-t-il averti, citant les cas des wilayas de Sétif, Batna et Alger. Interpellé sur les conséquences de la reprise prochaine des cours scolaires et de la réouverture des mosquées, le ministre estime qu’il "faut bien reprendre et cohabiter avec ce virus, tout en maintenant la garde", notant que la longue période de confinement a "affecté psychologiquement les enfants qui ont même perdu les réflexes d’écoliers", insistant, toutefois, sur "le respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires".

Ismain
Dimanche 18 Octobre 2020 - 16:11
Lu 148 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-10-2020.pdf
2.89 Mo - 19/10/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+