REFLEXION

LE SATISFECIT DES ICONES DE LA SCENE ARTISTIQUE : Mohamed Haimour à la voix d’or « merci Mostaganem »



Les invités de marque à l’ouverture de « Mostaganem capitale du théâtre 2017 » semblent aussi pour leur part ravis et d’avoir pris part à ce marquant rendez-vous, et par la soirée inaugurale, à l’exemple du grand comédien, le maestro de la scène, le « goual » du théâtre de la « Halqa » de feu Abdelkader Alloula, à nommer, Mohamed Haimour qui n’est autre que le goual du théâtre de la Halqa d'Abdelkader Alloula. Il a joué dans des pièces comme El Khobza (le gagne-pain) et El-Alleg (la sangsue) et « Lkhobza » après avoir reçu les enseignements de feu Ould Abderahmane Kaki.
Ce ténor à la voix d’or que les nostalgiques de la belle époque et le public de l’ancienne école n’oublieront pas de sitôt pour ses inoubliables prestations artistiques dans « Lajwad », n’a pas manqué à sa modestie pour nous livrer ses impressions sur l’évènement artistique qu’abrite Mostaganem, cette même ville où il s’est produit il y a 49 ans à l’occasion du théâtre amateur. Aujourd’hui, les 70ans révolus, Haimour se dit «  j’avais la chance de participer à la deuxième édition du festival amateur du théâtre de Mostaganem. C’est dire tous les mots qui me manquent aujourd’hui pour traduire toute ma satisfaction quand à la réussite de ce théâtre d’autant plus  qu’il regroupe des comédiens venus des quatre coins du pays que je voulais souvent rencontrer sur scène et voilà que l’occasion me le permet dans cette si charmante Mostaganem. Rencontre qui est en elle-même une fête à part entière, pour encore booster la relève, cette jeunesse capable de prendre le relai. J’aimerai aussi dire deux mots sur tout le changement qu’a vu votre ville tant sur le plan urbanistique que culturel avec tant d’établissements culturels. Alors merci Mostaganem ».   Autre icône de la télévision notamment outre son parcours théâtral, Omar Guendouz qui se dit, « très content », livre ses impressions sans ambages : « Cette manifestation culturelle vient rendre justice à un festival qui marque aujourd’hui 50 ans de sa vie, de la vie de la belle Mostaganem, et de la vie du théâtre en général qui avait commencé dans les rues, au temps de l’Algérie à peine indépendante alors. Et cela n’arrive pas tous les jours. D’où ma totale satisfaction avec juste une petite réserve. Que ce soit dans cette ville où ailleurs, personnellement, j’aurai préféré et aimé voir ce festival en tournée nationale. Car, même si j’adore votre magnifique ville qui est la mère du théâtre par excellence, une véritable nourricière du 4ème art ; je me demande pourquoi les jeunes de Tamanrasset, ou de Kabylie, n’ont pas le droit d’assister à ce festival. Sinon, je suis très heureux d’être là, d’autant que Mostaganem véhicule et le théâtre et la propreté. »  
Autre figure de prou, Brahim Rezoug, préfère quand « rendre hommage à Ould Abderrahmane Kaki et à Djilali Benabdelhalim qui avaient ouvert le théâtre aux jeunes dans le temps et  parmi lesquels le théâtre algérien a marqué un saut qualitatif à ne point citer ». Et d’ajouter modestement : « Voilà pourquoi Mostaganem est pour moi une ville honorifique qui a fait de nous, peut-être, des artistes comédiens. Et j’espère que notre participation sur scène avec les jeunes de la nouvelle génération, soit un atout pour eux afin qu’ils assurent la continuité de ce théâtre et sa pérennité. Alors merci Mostaganem et merci à tout les Mostaganémois ».  L’autre sympathique comédien Djamel Bouneb remercie « l’ensemble des organisateurs pour tout l’effet consenti ayant réussi la soirée inaugurale dans cette capitale du théâtre au public averti. Tout en souhaitant toute la réussite à ce plus ancien festival d’Algérie. Bon anniversaire ».  Amel Himer, l’autre comédienne au riche parcours dans le domaine du cinéma, se dit « subjuguée par le traditionnel rendez-vous de Mostaganem que j’ai visité plusieurs fois et qui me semble un rendez-vous pour la continuité ».    

 

Ilies Benabdeslam
Mardi 4 Avril 2017 - 09:00
Lu 397 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 13-12-2017.pdf
4.05 Mo - 12/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+