REFLEXION

LAIT EN SACHET : Après la pénurie, revoilà le marché noir

Après la crise et la pénurie de lait, qui a forcé les citoyens, à se lever aux aurores pour assurer à leur foyer, voici maintenant venu sur le marché, et travers le territoire national, le temps de la vente au marché noir du sachet de lait subventionné par l’Etat.



C’est le triste constat de l’impact de la dernière mesure appliquée par les services de contrôle, interdisant aux commerçants d’étaler leurs caisses de lait en dehors de leurs locaux. Argumentant, le manque d’espace dans leurs magasins, les commerçant sont vite passé à la solution radicale, celle de ne plus vendre ce produit hautement consommé, et s’en débarrassent dés sa livraison. La formule est on ne peut plus simple, au lieu de le commercialiser à 25 Da, avec une marge bénéficiaire dérisoire, ils préfèrent    le céder à 30 dinars pour les vendeurs informels, qui à leurs tours le revendent entre 35 et 37 dinars, selon le site d’Echorouk. De ce fait, le consommateur algérien, est encore une fois pris en otage, entre la pénurie de ce produit, engendrée par l’incapacité des pouvoirs publics, à, maitriser la distribution et la commercialisation d’un produit de première nécessité, d’une part. Et d’autre part, le chantage bâti sur le gain facile, des vendeurs informels, qui imposent leurs prix, et leurs business, en toute impunité au consommateur. Nul besoin de rappeler que le gouvernement, œuvre toujours et encore à réduire l’importation de la poudre de lait, de réguler la distribution du sachet de lait, de protéger son utilisation destinée, uniquement aux ménages, mais les résultats tardent à venir, et le consommateur ne peut plus compter sur les promesses et les annonces officielles. Il est inconcevable , pour les observateurs, que dans l’Algérie de 2018, qui affiche avec soulagement, le retour de l’ère de l’opulence financière issue du prix du baril à plus de 80 dollars, qui annonce des programmes plus qu’ambitieux dans tous les secteurs, et qui promet aux algériens un maintien indéfectible de la politique sociale, de voir que la produits de base par excellence des algériens, se trouve sous désormais sous le contrôle du marché de l’informel.

Ismain
Mardi 2 Octobre 2018 - 21:21
Lu 407 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 10-12-2018.pdf
2.83 Mo - 09/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+