REFLEXION

LA SALAMANDRE (MOSTAGANEM) : Une famille de 4 handicapés en détresse interpelle le wali

Voilà un genre de cas social comme il en existe un peu partout, plus ou moins visibles et plus moins différents. Néanmoins, à la cité la Salamandre (Mostaganem), il est un cas social singulier qui se passe près de nous et où la misère et la souffrance se sont alliées pour élire domicile chez la famille du malheureux Belkacem Benattia .



En effet, le père déjà malvoyant avec un déficit visuel d’un œil, vit le calvaire quotidien avec ses trois enfants, tous des handicapés mentaux. Comme chacun le sait, dans une famille de chez nous tout le poids d’élever et d’entretenir une famille, quel que soit sa condition sociale repose essentiellement sur la mère de famille. Mais cette condition sociale-ci est, on ne peut plus, plus souffrante que la souffrance elle-même si bien qu’il est difficile de trouver les mots qu’il faut pour qualifier certaines situations sociales comme celle  de la Famille de Belkacem Benattia. Ce père de famille, sans travail et sans ressources traine lui-même  un handicap visuel qui l’empêche d’accéder à des soins et encore moins de trouver un moyen de subvenir à sa famille. Mais de quelle famille parlons-nous ? Celle qui se compose de trois jeunes hommes handicapés mentaux qui ont grandi dans la misère, selon ce que raconte leur mère, abattue et aux bords des larmes, en parlant de sa malchance de mener une vie pénible. La mère de foyer est arrivée à un  stade où sa vie avec son mari mal voyant et ses trois enfants handicapés est devenue un enfer quotidien plein de détresse et d’angoisse qui l’étreint. Elle raconte avec une certaine pudeur de femme, qu’elle n’en peut plus  de supporter le poids d’une misère inhumaine et qu’elle est à deux doigts de basculer dans un inconnu avec une appréhension de peur. Pour s’en sortir, la seule  issue qu’elle a trouvée est celle d’interpeler M. le wali de la wilaya de Mostaganem, M. Aïssa Boulahya à  venir à son secours, au besoin à venir la voir car les mots ne suffisent pas souvent à décrire la misère. Son message à son intention est clair et elle demande  à sa bienveillante attention de faire ce qui est dans son pouvoir pour sauver sa famille qui est entrain de faire une descente au royaume de l’innommable misère. Du fond de son désespoir et de sa misère inhumaine, cette bonne femme, épouse d’un handicapé visuel et de trois handicapés mentaux souhaite que le chef de l’éxécutif veuille bien se pencher sur son cas.

Younes Zahachi
Dimanche 25 Octobre 2020 - 15:42
Lu 351 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma