REFLEXION

LA PROSTITUTION, ENCORE POINTEE DU DOIGT : Les citoyens d’Ain Turck manifestent pour la 2ème fois

Pour réclamer la fermeture des lieux de débauche et la carrière d'agrégat de Djorf El-Alia, des dizaines de citoyens sont revenus à la charge en manifestant leur colère pour la deuxième fois à Ain Türck. Ils sont venus de plusieurs villages de la corniche oranaise, notamment ceux du chef lieu de la daïra d’Ain El Türck en compagnie des membres de la société civile des communes de Bousfer et d'El Ançor. Ils se sont rassemblés en masse en occupant la grande place publique du 20 Aout de Ain Turck, ont protesté pour la seconde fois contre la ‘’prolifération de débits de boissons alcoolisées et de cabarets sur la côte Ouest Oranaise ‘’.



En effet, ces plages déjà défigurées par des centaines de  constructions anarchiques, dont quelques-unes ont été érigées sur le domaine public maritime et  la côte balnéaire de la corniche oranaise, sont  devenues, ces dernières années, selon les protestataires, une zone de non-droit. «Nous demandons la fermeture de tous les lieux de débauche, implantés  dans les cités résidentielles, notamment à Bousfer village,  Cap Falcon, Ain Turck village, et Akid Abbes ex-Bouisville », réclame-t-on, tout en fulminant contre «la fuite en avant des pouvoirs publics». Et de dénoncer : «Nous avons saisi les parties concernées à propos de la prolifération des bars et des cabarets sur la côte ouest de la commune de daïra d’Ain Türck mais rien n’a été fait pour y mettre un terme. Nous ne pouvons plus goûter aux plaisirs de la mer, en famille. A Ain Turck, la prostitution se pratique au vu et au su de tout le monde.» Ils réclament l’intervention urgente des autorités habilitées pour enrayer ce fléau, qui menace leur région. Les protestataires exigent aussi la fermeture de   la carrière d'agrégat Djorf El-Alia d'El Ançor qui elle aussi refait surface par ses poussières des  détritus qui font ravages. «La fumée et les odeurs qui se dégagent de cette carrière nous empoisonnent la vie. Nous réclamons sa fermeture pure et simple», exige-t-on. Il est à signaler que la fermeture de vendredi dernier de l’axe routier reliant Cap Falcon vers Bousfer et les andalouses aux plages de la côte oranaise a pénalisé des centaines d’automobilistes, qui sont contraints de prendre d’autres chemins sinueux et dangereux pour rallier leurs destinations respectives.

Habib Medjadji
Dimanche 30 Juin 2019 - 19:06
Lu 738 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 19-09-2020.pdf
3.52 Mo - 18/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+