REFLEXION

LA CNAS A PERDU 1000 MILLIARDS DE CTS EN 06 MOIS ! : Plus de 780.000 congés de maladie en 2018 à Oran

La caisse nationale des assurances sociales (CNAS) d’Oran ne semble point parvenir à renflouer ses caisses, en perdant dans les remboursements des congés maladies près de 10 milliards de dinars (1000 milliards de centimes) durant le premier semestre de l’année en cours, selon le directeur-adjoint de cet organisme public.



Animant dernièrement sur ce sujet, un point de presse avec les médias, le directeur général adjoint de la CNAS, M. Mohiédine Ouagnouni a déclaré que cet énorme  montant représente le coût des arrêts maladies. En matière de remboursement, le coût des congés maladies, au premier semestre de cette année, est estimé à plus de 9 milliards de dinars. Par contre durant cette année en cours, la Caisse a enregistré, plus de 780.000 congés maladies. A ce rythme, le montant des remboursements risque ainsi de connaître une hausse cette année, par rapport à 2017 où il s’était établi à plus de 16 milliards de dinars. En avril dernier, la CNAS avait mis en garde contre les arrêts maladies de complaisance qui risqueraient de ‘’ faire exploser la caisse ‘’.  Quant aux soins à l’étranger,  aux dettes cumulées  et au  nouveau protocole, la caisse nationale des assurances sociales (CNAS) vient de dévoiler sa version sur les soins des Algériens à l’étranger et le nouveau protocole signé par le président de la République Abdelaziz Bouteflika,  et a affirmé que toutes les dettes algériennes relatives aux soins à l’étranger ont été réglées depuis  quatre ans environ, notamment celles cumulées auprès des hôpitaux français. Selon ce cadre, les dettes évoquées par la partie française concernent des patients algériens non assurés sociaux et qui auraient usé d’un ‘’ procédé malhonnête ‘’ afin de bénéficier de soins à l’étranger, sans qu’ils ne soient pris en charge par la CNAS. Pour lui, le protocole annexé à la convention générale entre l’Algérie et la France en matière de soins, signé le 17 novembre dernier par le Président de la République, vise justement à mettre un terme au procédé malhonnête dont usent certains patients.

 

Habib Medjadji
Lundi 24 Décembre 2018 - 17:12
Lu 380 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 19-09-2020.pdf
3.52 Mo - 18/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+