REFLEXION

L’ancien wali Ouadah nous répond



L’ancien wali Ouadah nous répond
Moul firma a été convoqué en urgence par le directeur du journal Réflexion, hier, tôt dans la matinée pour lui infliger un avertissement afin de lui signifier son refus de diffamer les responsables  et qu’il doit respecter leurs longues années de sacrifice passées au service du pays. Ainsi, Moul firma, reçoit un carton rouge!
D’un air agacé , le directeur du journal, interpelle Moul firma :  « Si la dénonciation, pardon, la diffamation a été un thème d‘emprisonnement fréquent depuis la monarchie des Boutef, je vous rappelle ( Moul Firma), qu’aujourd’hui, le journaliste ne peut utiliser le Hirak comme bouclier pour dénigrer les responsables intègres et les walis propres à l’image du wali Ouadah qui m'a appelé au téléphone, avant-hier soir, dimanche, en colère, furieux de votre dernier écrit, jugeant, qu’il n’a rien à voir avec ce Tram de la honte , et n’ayant aucune relation avec les gens cités dans votre publication, plus encore il a dit qu’il n’est propriétaire d’aucune villa à Mostaganem, et si cette villa existe , a t-il dit ,’’ trouvez la et  je l’offre comme cadeau à Réflexion ! » avait martelé, le directeur du journal.  
Moul firma, mal dans sa peau, obligé de publier la réponse de l’ancien wali, hésite du premier coup, mais, rappelé tout de suite par le directeur, que les textes de la loi de l’information préservent le droit de réponse dans un délai de 48h, s’il le concerné par la publication se manifeste avant les huit jours de la publication de l’article, dépassant le délai, il perd ce droit. Moul firma, convaincu, des droits de sa victime, publie les précisions de l’ancien wali Ouadah, comme elles ont été rapportées par le directeur du journal, suite à la communication téléphonique entre lui et le plaignant.
L’ancien wali Ouadah a exprimé son rejet à toutes les accusations rapportées par l’article de Moul firma publié dans la dernière Edition du journal Réflexion en date du 10 juin 2019, précisant, qu’il n’avait aucun pouvoir pour signer des contrats pour la réalisation du tramway avec la société espagnole ou donner un chèque blanc , comme il a été rapporté par le journal , car , c’est du ressort de l’Entreprise Métro d'Alger (EMA), explique l’ancien wali Ouadah , avant d’ajouter , qu’il ne possède aucune villa à Mostaganem, et si cette villa située derrière la daïra de Mostaganem, citée dans l’article , m’appartient , trouvez là et j’en ferai cadeau à Réflexion », confirme, l’ancien wali Ouadah, dans sa conversation  téléphonique.
Ainsi, Moul firma, après publication de la réponse de l’ancien wali Ouadah, malgré lui, du point de vue règlementation,  jure dès demain de lancer un avis de recherche sur la dite villa, surtout que l’ancien wali Ouadah a juré de la donner à Réflexion si vraiment elle existe ! Moul firma, dégouté par la salubrité du douar, rêve de résider au centre-ville et surtout derrière la daïra, une occasion pour lui de contribuer à l’élaboration des listes de logements!

 

Réflexion
Lundi 10 Juin 2019 - 20:46
Lu 1788 fois
Moul Firma
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 26-06-2019.pdf
3.61 Mo - 25/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+