REFLEXION

L'EAU DES COLPORTEURS EST INSALUBRE A LA CONSOMMATION : Plus de 05 cas d'hépatite enregistrés par jour à Oran



Depuis le temps, où l'ex wali d'Oran, Chérifi Mouloud, avait donné des instructions fermes au directeur des travaux hydrauliques en compagnie des autres services d'hygiène en vue d'exiger l'autorisation d'exploitation du produit dûment délivré par les services concernés notamment la direction de l'hydraulique de la wilaya d'Oran pour la commercialisation du produit selon les normes d'hygiène, malheureusement tout est tombé à l'eau, et depuis des jeunes colporteurs se ravitaillent des puits des localités avoisinantes sans se soucier des maladies MTH maladies à transmission hydrique qui sont nombreuses si l'on prend en considération les différents cas d'hépatite A enregistrés ces derniers temps au niveau de l'ensemble des quartiers populeux de la wilaya d'Oran qui ont été pourtant  recensés . Il est démontré que seul l'approvisionnement en eau salubre et l'aménagement d'installations sanitaires appropriées pour toutes les populations, peuvent réduire sensiblement la prévalence de ces maladies. Malgré le danger et les campagnes de sensibilisation, les citoyens oranais continuent de s’approvisionner auprès des colporteurs d’eau. Entre 4 et 6 nouveaux cas d’hépatite et particulièrement l’hépatite A, sont enregistrés quotidiennement par la direction de la santé. La majorité des cas est enregistrée au niveau des cités quartiers périphériques de la wilaya d’Oran, en raison de la présence de foyers de contamination dus essentiellement à la consommation d’eau colportée. C’est un vrai sujet de préoccupation pour les services sanitaires qui soupçonnent la présence d’éléments dangereux dans le liquide servi aux citoyens par des colporteurs peu scrupuleux de la qualité du précieux liquide. Même si l’eau fournie par la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR) est potable, surtout que SEOR détient la certification ISO 17025 qui spécifie les exigences de qualité et de compétence propres aux laboratoires d’essais et d’analyses l’Oranais ne consomme pas l’eau du robinet. En 2013, le service de prévention à la direction de la santé de la wilaya, a recensé trois décès d’enfants suite à des séances de « scarification » (incision) où le malade avale des surdoses d’une plante connue sous le nom « Mélisse ». en 2014, deux décès ont été signalés. Toutefois, seulement 20 % sont pris en charge par les services de la santé, les autres cas, se dirigent vers la médecine alternative. La personne contaminée peut rester sans symptômes ou développer une hépatite A aiguë : c'est la jaunisse. Dans le cadre des dispositions prises par les services de la wilaya d’Oran pour lutter contre les maladies à transmissions hydriques, les services de la direction de la santé et les bureaux d’hygiène communaux, ont mis en place un dispositif pour la désinfection des puits. De nombreux citoyens de la ville d'Oran ont recours aux citernes d'eau et n'ont pratiquement aucune idée sur les conditions d'hygiène ni de l'endroit où s'alimentent les colporteurs d'eau.      

Medjadji H.
Lundi 16 Décembre 2019 - 14:44
Lu 506 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-10-2020.pdf
3.41 Mo - 30/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+