REFLEXION

‘’Koul ou wekkel’’, ce mal si décrié par ‘’El Hirak’’



Finalement la corruption, n’a cessé d’être dénoncé par  les marcheurs du mouvement populaire ‘’El Hirak’’ depuis son premier vendredi à son huitième du 12 Avril. Ce fléau récurrent de la vie publique semble  finir  par se banaliser et devenir une pratique quotidienne ‘’incontournable’ pour les pauvres citoyens que nous sommes devenus et en faire de nous, hélas une société corrompue jusqu'à la moelle. Désormais, rien ne se règle sans le déboursement d'une somme d'argent pour obtenir quoi que ce soit au sein du secteur administratif et celui des services publics où ce mode règne  désormais en maître des lieux et des circonstances. Certes, les dissertations en profusion sur ce cancer qui empoisonne l'Algérie toute en entière, se publient quotidiennement à travers la presse écrite, mais semblent  à ce jour n'inquiéter personne ni de près, ni de loin, et également toutes ces institutions publiques chargées de lutter contre sa présence, qui paraissent finir par jeter le tablier et ne point s'occuper d'elle en préférant juste enregistrer ses méfaits sans oser les punir. Certes, la justice  s’est saisie de quelques affaires  et vient d’être appelé a reprendre   quelques  dossiers  qui demeuraient sans suite ….  Malheureusement, ‘’ Koul ou wekkel ‘’ a été  l'expression bien de chez qui a été  et est  l'unique règle à observer pour  être servi  partout au mépris de toutes les lois de la chère République. Ce vil acte, si décrié par les citoyens qui le rejettent et le dénoncent,  s'est imposé de force et a fini par créer un dysfonctionnement dommageable dans toutes les strates de la société algérienne, contrainte de s'y plier sans trop de discussions. Au fil du temps, certains Algériens sont devenus  si conditionnés par  ce mal et  pensent malheureusement qu'il faut toujours ‘’graisser la patte’’ pour retirer un simple acte de naissance dans une mairie, de passer  encore par cette pratique qui gangrène le tissu social et ruine l’économie par  ses scandales, souvent tus et qui  fait naitre  tant de milliardaires  en de laps de temps si courts ! Ce fléau national nous déshonore, il  nous classe à la queue du peloton mondial dans l'indice de perception de corruption (IPC) dans le monde où à l'image, nous sommes à la 88ème place sur un total de 175 pays en 2015. Cette position est un désastre pour l'image du pays pour les uns et juste du ‘’blabla’’ pour ceux qui en vivent, en font une source pour s'enrichir en gonflant les comptes sans la moindre honte et sans aucun remords et que le ‘’Hirak’’ condamne, d’une semaine à une autre.

L.Ammar
Samedi 13 Avril 2019 - 18:27
Lu 325 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition 19-06-2019.pdf
2.94 Mo - 18/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+