REFLEXION

KHEIR-EDDINE ET OULED HAMOU : Les habitants se disputent une école de 7 classes

Les habitants de la nouvelle cité au chef-lieu de la commune de Kheir-Edine demandent aux autorités concernés d’agir pour la construction d’une école primaire, au lotissement C. Alors qu’une parcelle de terrain est destinée pour la construction d’un établissement primaire, selon les promesses des responsables, rien n’a été fait jusqu'à aujourd’hui et le projet des sept classes aurait été transféré vers la localité de Ouled Hamou, selon la déclaration de certains habitants.



Cette situation pousse les habitants à s’interroger sur les raisons de ce retard. Pourtant, l’ex-chef de l’exécutif de la wilaya, a relevé plusieurs problèmes lors des visites effectuées à travers les communes de la wilaya, le logement, la santé, l’éducation, l’aménagement urbain et l’emploi, et a assuré que les autorités locales et l’exécutif seraient à l’écoute des citoyens et mettraient tous les moyens afin que tous ces problèmes soient résolus avant 2020. Rappelons par ailleurs, que la wilaya a bénéficié dans le cadre du plan quinquennal 2018-2019, d’une enveloppe financière de l’ordre de 78 milliards de dinars. En cette période de confinement  dans cette cité proche de l’unité de la protection civile, des familles qui ont pris possession de leurs nouvelles habitations, relevant de la commune de Kheir-Eddine, sont montés au créneau pour réclamer la réalisation d’une nouvelle école primaire en prévision de la distribution des logements sociaux construits par les Egyptiens. Les habitants affirment qu’une école de 7 classes va être réalisée à Ouled Hamou pour alléger la charge  de l’école située au lieudit ‘’Boughaz’’. Cette dernière qui comporte plusieurs salles de classe et un bureau, est saturée depuis deux années, à cause du nombre élevé d'élèves. En effet, les enfants sont pénalisés quotidiennement pour rejoindre à pied cette école, à quelques centaines de mètres voire plus d’un kilomètre de leurs lieux de résidence. Des parents se sont rapprochés de Réflexion pour exprimer leurs préoccupations : “Cela fait deux ans que nos gosses endurent le calvaire pour poursuivre leurs études dans un établissement scolaire qu'ils regagnent à pied, bravant le froid et la pluie, car le ramassage scolaire est inexistant. Des filles ont abandonné leurs études et elles aident leurs mamans dans les travaux ménagers”. Un père de famille concède que le nombre d'élèves est élevé mais il souligne qu'un effort peut être consenti par les responsables locaux en ouvrant une autre école primaire pour une centaine d'enfants et une autre regroupant ceux de la nouvelle cité du chef-lieu pour mettre fin à ce calvaire récurrent.

 

Smain
Mardi 14 Avril 2020 - 16:26
Lu 234 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 31-05-2020.pdf
5.59 Mo - 30/05/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+