REFLEXION

JOURNEE MONDIALE DE L’ENFANCE : 200.000 enfants quittent l’école annuellement !

Hier, l’Algérie a l’instar des autres pays, a célébré la journée mondiale de l’enfance, dont, malheureusement 200.000 enfants sont contraints de quitter annuellement l’école pour de diverses raisons et s’orientent vers tant de voies, dont certaines ne sont point a décrire !



Certes l’Algérie fournit des efforts méritoires pour scolariser prés de 8 millions d’enfants dont prés de 700.000 en première année  et tend a leur assurer tous  moyens pour une bonne scolarité. Malheureusement, tous ces enfants finissent par ne plus réussir et abandonnent le parcours scolaire. C’est en tout cas la conclusion  qui a  été  tiré   des vérités assénées  par le professeur  Mustapha Khiati, président de la Fondation nationale pour la protection de la santé et le développement de la recherche (FOREM). Ils sont quelques 200.000 enfants à quitter, pour diverses raisons, l’école chaque année a-t-il révélé lors de son passage sur les ondes de la radio chaine III. Ces chiffres ont de quoi choquer l’opinion en  cette  Journée Mondiale de l’Enfance. Pour cause, le Pr. Mustapha Khiati a estimé que l’enfant et plus généralement le jeune,  en Algérie fait face à des ‘’dangers potentiels’’ notamment l’usage déviant des réseaux sociaux et la cybercriminalité, induite selon le président de la FOREM par l’oisiveté d’un grand nombre de membres de la population juvénile. Le professeur Khiati reconnait certes qu’il existe de nombreuses lois visant la protection de l’enfance en Algérie, mais elles ne sont d’après lui, ‘’que très peu ou pas du tout appliquées’’. Il en veut pour preuve le silence des autorités face au phénomène de la mendicité  avec l’usage de bébés pour susciter la compassion des passants. ‘’C‘est bizarre mais cela ne semble pas émouvoir outre mesure !’’, s’étonne le professeur Khiati pour qui l’enfant est le «maillon faible» de la société et reste exposé à de nombreux dangers.L’invité de la rédaction pointe une forme de laxisme des autorités face aux périls qui menacent l’enfance. Une Autorité nationale de protection de l’enfance a été crée en 2015, mais que peut-elle faire alors même qu’elle est à ses débuts et ne dispose pas de moyens,  a commenté, le Pr. Mustapha Khiati.

Ismain
Vendredi 1 Juin 2018 - 18:15
Lu 256 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-09-2018.pdf
3.49 Mo - 17/09/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+